AaRON poursuit l'expérience

MUSIQUE Après une pause de cinq ans, le duo AaRON revient avec un troisième album...

Benjamin Chapon

— 

Le troisième album du duo Aaron s'intitule We Cut the Night
Le troisième album du duo Aaron s'intitule We Cut the Night — Aaron

Cinq ans après Birds on the Storm, AaRON est de retour avec We Cut the Night. Cette pause n’a rien bouleversé chez le duo. Ni sa méthode, ni son style unique de chanson électro romantique et mélancolique. «Entre la fin de la tournée et le début de la composition de ce nouvel album, on a eu que deux ans de vraie pause, raconte Olivier Coursier. On savait qu’on allait retravailler donc il n’y a pas eu de sentiment d’abandonner quelque chose.»

«A un moment on a recommencé à s’envoyer des sons, poursuit Simon Buret. Bizarrement, sans s’en être parlé avant, on a eu des envies assez similaires: des sons plus synthétiques, une approche plus brute. On pensait laisser des espaces entre les notes. On ne voulait surtout pas reproduire ce qu’on avait déjà fait. »

Cathédrales musicales

Pourtant, les nombreux fans d’AaRON retrouveront immédiatement leurs repères avec We Cut the Night. L’alliage de titres en anglais met tout de même l’accent sur les rythmiques plus enlevées. «On avait envie de faire danser les gens avec un son assez enveloppant, explique Simon Buret. La chanson Onassis, par exemple, dans ma tête, c’était une cathédrale. Je voyais l’architecture se construire sous mes yeux jusqu’aux vitraux. J’ai voulu mettre ça en musique. »

Le duo a des étoiles dans les yeux quand il parle de ce nouvel album. «Il y a plein de gens très créatifs autour de nous. Notre travail ne s’arrête pas à la musique. C’est un tout très excitant.» Simon et Olivier sont définitivement des enthousiastes. Chaque étape de leur parcours à succès est vécue comme un enchantement. « Notre chance était de ne pas être obligés de sortir un album à tout prix. On n’a jamais ressenti de ras-le-bol parce qu’on n’a jamais eu à batailler pour faire ce qu’on voulait. »

Empereurs, mais libres

Très à l’écoute de leurs envies, les musiciens ne veulent pas devenir de simples faiseurs de musique et tiennent l’art musical en haute estime. «Depuis le début, on a la même méthode de travail et le même objectif : faire entendre notre musique intérieure, montrer qu’on est autre chose que des organes empilés les uns sur les autres. »

Voilà pourquoi ils n’ont pas hésité à attendre l’inspiration avant de se lancer dans de nouvelles compositions. « Ça nous a évité de nous retrouver esclaves de cet empire qu’est AaRON. Cette aventure est vraiment géniale mais ce succès peut être un peu enfermant parfois. On veut continuer à dominer les choses pour ne pas se perdre. »