Christine Albanel n'aime pas l'art contemporain?

VIDEO Qu'à cela ne tienne, elle en aura quand même...

Alice Antheaume

— 

«Vous n’aimez pas l’art contemporain?», demandait un journaliste de France Inter à Christine Albanel, ministre de la culture, le 29 mai dernier. Et celle-ci répondait: «non». Un «non» qui rappelle le «je ne suis pas un intellectuel» de Nicolas Sarkozy et qui fait affront à l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique), Pierre Boulez et, plus loin, à tous ceux qui pratiquent la musique expérimentale.

En guise de riposte, un étonnant quintette a livré, le jour de la fête de la musique, une «sérénade» expérimentale au 182 rue Saint-Honoré, adresse du ministère de la Culture. Le groupe avait décidé de charmer les oreilles de Christine Albanel avec ce concert de «CrackleBox», ces boîtes électroniques à électrodes qui font des sons.



La performance du quintette, baptisé pour l’occasion «Ministry of Kraakdoos», c’est-à-dire ministère des CrackleBox, a duré 40 minutes dont la vidéo n’est «qu’un compte-rendu», dit Emmanuel Rebus, l’un musiciens expérimentateurs.

«Pendant la performance, certains fonctionnaires sont sortis du ministère et nous ont écoutés d’une oreille amusée, raconte Emmnanuel Rebus. C’est resté très bon enfant, nous n’étions pas dans le conflit ni dans l’hostilité. Nous ne critiquons pas réellement la position de Christine Albanel car finalement, elle a le mérite d’être honnête, mais nous voulions faire cet acte symbolique, un peu dans une optique dadaïste.»

Sur le site de ces musiciens peu académiques, on apprend que le quintette n’en est pas à sa première «action sonore». Avant le ministère de la Culture, ils avaient déjà concerté devant le siège d’Areva, numéro un mondial du nucléaire.