Houellebecq reconnait être «probablement» islamophobe

CULTURE A l’occasion de la parution de « Soumission » en langue anglaise, l’écrivain s’est confié au « Guardian »…

20 Minutes avec AFP

— 

L'écrivain Michel Houellebecq en avril 2015.
L'écrivain Michel Houellebecq en avril 2015. — EFE/SIPA

Soumission et son auteur font encore parler d’eux. Alors que son roman controversé va paraître en langue anglaise le 10 septembre, Michel Houellebecq a fait de nouvelles déclarations à la presse outre-Manche. Entre autres, il reconnaît être « probablement » islamophobe.

Un traitement littéraire et médiatique de l’islam devenu « obsessionnel »

L’interview pourrait faire des vagues en France. Dans un entretien accordé au Guardian parue ce dimanche, Houellebecq n’a pas mâché ses mots, tel que le rapporte l’AFP. Selon lui, l’islam serait devenu une obsession pour le monde occidental, en particulier son traitement médiatique et littéraire.

Le flot des livres et des couvertures de magazines évoquant la peur de l’islam « est effectivement devenu obsessionnel », déclare-t-il. A la question de savoir si son dernier ouvrage participe à cette tendance, il répond : « Bien sûr, bien sûr ». « Mais je ne ressens pas le besoin de m’excuser. Il est impossible d’augmenter la proportion qu’occupe déjà l’islam dans les informations. Nous sommes déjà presque à 100 % », explique-t-il.

Islamophobe ?

En 2002, Houellebecq a été accusé par des associations d’inciter à la haine raciale après avoir déclaré : « La religion la plus con, c’est quand même l’islam. Quand on lit le Coran, on est effondré… effondré ! ». Au Guardian, à la question de savoir s’il est islamophobe, l’écrivain répond : « Probablement, oui, mais le mot « phobie » signifie « peur » plutôt que « haine ». La peur du terrorisme », précise-t-il. Même si les terroristes sont très peu nombreux, « des gens très peu nombreux peuvent avoir un puissant effet. Ce sont souvent les minorités les plus résolues qui font l’Histoire », souligne Michel Houellebecq.