Les trolls de la science-fiction, grands perdants des Hugo Awards

CULTURE Les collectifs réactionnaires des «puppies» n'ont pas réussi à faire dérailler le célèbre prix littéraire...

P.B.

— 

Le logo du groupe des Sad Puppies
Le logo du groupe des Sad Puppies — SAD PUPPIES

La farce s'est achevée ce week-end. Après des mois de guerre intestine, le «puppygate» a finalement fait pschitt. Aucun auteur placé par deux collectifs réactionnaires dans la sélection des Hugo Awards n'a été récompensé. A cinq reprises, la majorité des votants a même préféré voter blanc. Finalement, c'est le roman chinois inédit en France, The Three-Body Problem, de Liu Cixin, qui s'est imposé dans la catégorie reine, sept ans après sa parution en Asie.

Cette année, le processus de sélection a été pris en otage par deux groupes: les sad puppies et les rabbid puppies. Que veulent ces chiots tristes et enragés? Défendre la science-fiction à l'ancienne contre le virage progressiste de ces dernières années des Hugo Awards, qui ont mis en avant les minorités, les femmes et des thématiques sociétales.

Les puppies repartent bredouille

Accusés par des auteurs populaires comme George R.R. Martin de promouvoir le sexisme, le racisme et l'homophobie, les puppies ont profité d'un processus de sélection cassé –il suffit de payer 40 dollars pour voter– pour placer leurs poulains, comme l'auteur ouvertement homophobe John C. Wright.

Au final, ces réactionnaires tendance néoconservateurs n'ont réussi qu'à représenter environ 30% des voix. Les autres ont fait bloc en votant blanc pour leur barrer la route, notamment dans la catégorie «nouvelle». Pour l'année prochaine, une remise à plat du système de vote est à l'étude. Il était temps.