«Compton»: 5 bonnes raisons d'écouter le dernier album de Dr Dre

MUSIQUE Le rappeur revient avec un album solidement produit, plein d'invités prestigieux, seize ans après son dernier opus... 

Dolores Bakela

— 

Dr Dre a lancé les casques Beats en 2008
Dr Dre a lancé les casques Beats en 2008 — NC2/WENN.COM/SIPA

Vendredi, c’est le jour de sortie des disques. Et l’événement, en cette première semaine d’août, c’est le retour discographique de Dr Dre avec Compton : A Soundtrack, 16 ans après 2001, son deuxième album qui contenait notamment les tubes Still DRE ou encore The Next Episode. De nombreuses rumeurs ont entouré l’arrivée de ce troisième opus, maintes fois repoussé et annoncé par Dr Dre comme le point final d’une trilogie amorcée avec The Chronic, avec la West Coast pour décor et certains de ses meilleurs MCs au micro.

Parce que Dr Dre opère un retour aux sources 

La recette des deux précédents albums est appliquée pour cet opus, bourré d’invités. Le « Doctor », qui avait contribué à placer Compton, ville dure du sud de Los Angeles sur la carte du hip-hop américain, puis mondial y retourne en musique et bien accompagné. L’album est d’ailleurs inspiré du long-métrage Straight Outta Compton sur son premier groupe N.W.A. -Niggaz Wit Attitude-. Preuve que la ville est l’obsession du rappeur : les royalties récoltées seront reversées à une bonne oeuvre, gérée par la maire Aja Brown pour créer un centre d’arts.

Parce que c’est le bilan de trente ans de carrière

L’Intro installe un climat intense d’entrée d’un album dans lequel Dr Dre retrace son parcours, dépeint comme un « Californian dream » infusé au meilleur de la musique afro-américaine, auquel il a accédé grâce à ses trente ans d’activité dans l’industrie de la musique. Et ne se prive pas de mentionner sa réussite aux côtés de King Mez et Justus dans le très efficace Talk About It, dont l’instrumentation trap montre que Dr Dre, occupé à produire et à monter des business, n’a pas perdu une miette des évolutions du paysage musical.

Parce qu’il fait la place à de jeunes talents

Dans la musique, comme dans le choix des featurings, l’album réalise l’équilibre entre jeunes artistes, avec qui il y a une filiation, comme Kendrick Lamar qui a aussi fait de Compton un espace mental et artistique où projeter ses raps poélitiques ou encore la révélation Anderson. Paak est aussi présent sur pas moins de six titres. Concernant les vocalistes féminines, il a convié les valeurs sûres Jill Scott, auteure du récent Woman, Marsha Ambrosius du duo anglais Floetry, et les jeunes talents Asia Bryant ou Candice Pillay sont de la partie.

Parce que les valeurs sûres du hip-hop sont également présentes

Les vétérans du hip-hop tels Ice Cube, Xzibit, Kurupt ou encore Snoop Dogg sur Satisfiction donnent de la voix. C’est véritablement un appel à « retourner aux bases », qui court dans tout l’album, dans lequel le doo wop et la soul résonnent et culminent sur Animals, sur laquelle Dr Dre collabore avec Premier qui a marqué l’histoire du deejaying hip-hop. Eminem ne manque évidemment pas à l’appel et suscite déjà la controverse avec son couplet débité vitesse grand V sur Medicine Man où il assure même faire « jouir les femmes qu’il viole ».

Parce que c’est son dernier album

Dr Dre tourne les pages de son journal intime dans Talking To My Diary, un prétexte pour faire un bilan de sa vie, retracer sa trajectoire d’artiste issu du ghetto et nous dire et redire, que la musique est sa thérapie. Fichtre ! Compton : A Soundtrack by Dr Dre est une potion d’excellente teneur. Difficile de croire qu’un docteur qui a besoin d’un traitement et déclare s’en priver, pourra survivre sans.

 

Tout le monde ne pourra pas écouter en streaming cet album, - et produit par Dr Dre lui-même : il est en écoute exclusive sur Apple Music, le site de streaming auquel Dre collabore. Compton sort de surcroît pendant la période d’essai gratuite du service. Les onze millions d'abonnés du site de streaming auront tout le loisir de le découvrir, et l'exclusivité allèchera sans doute ceux qui n'y ont pas accès. Une excellente opération pour Dr Dre.