Le dalaï lama va faire une courte apparition au festival musical de Glastonbury

BOUDDHISME Ce déplacement s'inscrit dans le cadre d'une visite au Royaume-Uni que le chef spirituel des Tibétains en exil effectuera de samedi à mardi...

20 Minutes avec AFP

— 

Le dalai lama à Uluru, en Australie, le 13 juin 2015.
Le dalai lama à Uluru, en Australie, le 13 juin 2015. — Newspix/REX Shutterstoc/SIPA

Le dalaï lama se rendra dimanche au festival de Glastonbury (sud-ouest de l'Angleterre) où il délivrera un message de «compassion», de «non-violence» et «d'unité», a annoncé jeudi sa représentation à Londres. Ce déplacement s'inscrit dans le cadre d'une visite au Royaume-Uni que le chef spirituel des Tibétains en exil effectuera de samedi à mardi, selon un communiqué de son bureau britannique.

175.000 personnes dont Kanye West et Patti Smith

«Nous sommes honorés d'accueillir le dalaï lama à Glastonbury», a déclaré la co-organisatrice du festival, Emily Eavis, citée dans le communiqué. «Il prendra la parole à Green Fields [l'espace du festival dédiée à la spiritualité] (...). Quel événement exceptionnel pour le festival!», s'est-elle enthousiasmée.

Quelque 175.000 personnes sont attendues jusqu'à dimanche soir à Glastonbury, qui a ouvert ses portes mercredi soir sur les terres de la ferme de Pilton dans le Somerset. La visite du prix Nobel de la Paix devrait être un temps fort du festival, qui accueille cette année des musiciens comme Kanye West, Patti Smith, Tricky, Florence and the Machine ou les Who. 

Une manifestation contre le Prix Nobel de la paix

Après les décibels, le dalaï lama, qui a fêté dimanche ses 80 ans, se rendra lundi à Aldershot (sud-ouest de l'Angleterre) à l'invitation d'un centre bouddhiste. Il prononcera dans un stade de la ville une allocation sur le thème «le bouddhisme au XXIe siècle». Des membres de la Western Shugden Society, une branche dissidente du bouddhisme tibétain qui accuse le dalaï lama de ne pas respecter leur liberté religieuse, ont prévu ce jour-là d'organiser une manifestation à Aldershot pour exprimer leur opposition au chef spirituel.

Officiellement en retrait de l'action politique depuis 2011, le dalaï lama appelle aujourd'hui à davantage d'autonomie pour le Tibet plutôt qu'à une indépendance formelle. Pékin, dont il reste la bête noire, l'accuse néanmoins toujours de lutter pour l'indépendance du Tibet.