Eurovision: La France se demande si elle doit encore participer

CONCOURS Nathalie André, qui a sélectionné la chanson candidate de cette année, se demande «s'il faut y aller l'année prochaine». D'autres, dont Marie Myriam, pensent qu'il faut revoir la séléction...

Fabien Randanne

— 

Lisa Angell chante «N'oubliez Pas» lors de la finale de l'Eurovision, le 23 mai 2015 à Vienne (Autriche).
Lisa Angell chante «N'oubliez Pas» lors de la finale de l'Eurovision, le 23 mai 2015 à Vienne (Autriche). — Kerstin Joensson/AP/SIPA

La France a du mal à digérer sa 25e place à l’Eurovision. Dans la nuit de samedi à dimanche, à l’issue de la finale du concours Lisa Angell, disait vivre ce classement « comme une injustice » sur le plan artistique.

Le détail des résultats montre que les jurys professionnels ont classé la France à la 19e position de la finale (sur 27 participants). Les téléspectateurs ont été bien plus sévères avec la chanteuse française puisque sa performance arrive à la 26e - et donc avant-dernière - place de leurs suffrages, juste devant l’Autriche.

Eurovision: Ce qu'il faut retenir de la finale de la 60e édition

La déception est telle que Nathalie André, directrice du pôle divertissement de France 2, qui a sélectionné la chanson, a émis l’idée, sur RTL, de remettre en cause la participation de la France à l’Eurovision en 2016. « On nous répète qu’il y a des histoires géopolitiques, je ne sais pas s’il faut y aller l’année prochaine. »

Anggun contre Marie Myriam

La chanteuse Anggun, qui a représenté la France il y a trois ans (elle s’était classée 22e sur 26) se posait la même question sur Twitter.

 

Marie Myriam, la dernière lauréate française en date, se montre plus fair-play. « Est-ce que, lorsqu’au foot on perd une Coupe du monde, on n’y retourne pas ? C’est la même chose, ce n’est pas parce qu’on ne gagne pas qu’on ne doit pas participer », a-t-elle déclaré sur RTL. « Si le pays qui envoie une chanson l’aime déjà, il peut faire croire à l’Europe que cette chanson est bonne. Ce n’est pas le cas chez nous. »

L'exemple suédois

C’est exactement la stratégie des Suédois, qui ont remporté le concours cette année. Au pays d’Abba, les téléspectateurs sont invités à élire leur représentant au cours du Melodifestivalen. «Il s’agit d’un télé-crochet diffusé en direct tous les samedis, pendant six semaines, en février et en mars. C’est le programme non-sportif le plus regardé chaque année », explique Hanna Fahl, journaliste au Dagens Nyheter. « Je pense que les Français s’enthousiasmeraient davantage pour l’Eurovision s’il y avait une meilleure sélection nationale. Car le Melodifestivalen a définitivement contribué au regain d’intérêt du public suédois pour le concours. »

Eurovision: Cinq chansons dont la France n'a pas à rougir

Samedi, sur France 2, l’Eurovision a rassemblé près de 4,2 millions de téléspectateurs, contre 2,5 millions pour la victoire de Conchita Wurst l’an dernier, ce qui a permis à la chaîne de se placer en tête des audiences. La preuve que le public français ne se désintéresse pas complètement du concours mais qu’il attend des chansons qui lui chantent.

Retrouvez notre webdocumentaire consacré à l'Eurovision en cliquant sur l'image ci-dessous:

Visuel «21e Minute» - Eurovision 2015 - Rolf Klatt/REX/REX/SIPA