Syrie: La directrice de l’Unesco « vivement préoccupée » par le sort du site de Palmyre

ARCHEOLOGIE Elle a appelé à une fin des hostilités en Syrie...

J.M.

— 

La cité de Palmyre. Lancer le diaporama
La cité de Palmyre. — Uncredited/AP/SIPA

De nouveaux vestiges archéologiques risquent de disparaître. La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé dans un communiqué ce mercredi à une cessation immédiate des hostilités à Palmyre, en Syrie, afin d’en « sauvegarder le patrimoine culturel unique ». Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) se sont en effet emparés ce mercredi de la partie nord de la ville antique de Palmyre, dans le centre de la Syrie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

>> A voir : Palmyre, un joyau de l’Antiquité menacé

Au carrefour de plusieurs civilisations

« Je suis vivement préoccupée par la situation du site de Palmyre. Les combats menacent l’un des sites les plus significatifs du Moyen-Orient et la population civile qui s’y trouve », a-t-elle ajouté dans le communiqué. Le site de l’Unesco rappelle que « Palmyre abrite les ruines monumentales d’une grande ville qui fut l’un des plus importants foyers culturels du monde antique. Au carrefour de plusieurs civilisations, l’art et l’architecture de Palmyre allièrent aux Ier et IIe siècles les techniques gréco-romaines aux traditions locales et aux influences de la Perse. »

Palmyre - ahu/abm, V. Breschi/A-C. Huet/AFP

 

Depuis plusieurs semaines, les djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) s’en prennent à des sites archéologiques irakiens, détruisant et pillant les vestiges du très riche patrimoine du pays.