L'artiste M.I.A. victime de censure pour une vidéo tournée en Afrique?

POLEMIQUE Elle a ouvert un débat animé sur Twitter...

Do.Ba. avec AFP

— 

M.I.A. en 2014
M.I.A. en 2014 — Instagram M.I.A.

La rappeuse M.I.A. prend une nouvelle fois position contre l’industrie musicale. L’artiste, connue pour son succès planétaire Paper Planes ou plus récemment Bad Girls, a lancé un débat sur Twitter. Alors qu’elle travaille actuellement sur un nouvel album, comme elle l’avait indiqué sur son compte Instagram, M.I.A. a posté un tweet énervé expliquant qu’on censurerait une vidéo tournée en Côte d’Ivoire.


L’artiste voulait susciter le débat, alors que sa vidéo, bloquée, montrait « un des meilleurs danseurs du monde à ses yeux ». Azealia Banks, une autre rappeuse célèbre pour ses tweets lapidaires sur les questions de genre et de diversité aux Etats-Unis, a rejoint le débat. Et pour elle, le constat est sévère et « la situation critique pour toutes les personnes colorées ».


Au niveau international, de nombreux artistes africains émergent et bâtissent leur succès sans faire la une des journaux comme Fally Ipupa, Yemi Alade, D’Banj, Bucie ou encore Davido pour n’en citer que quelques-uns. Visiblement dégoûtée, elle-même à la tête d’un label N.E.E.T. Records, aujourd’hui en sommeil, M.I.A qui avait propulsé Afrikan Boy, propose de donner un coup de main au prochain artiste que l’industrie musicale laissera émerger sur la scène internationale.