Grégoire: «Les vrais poètes sont les gens qui écrivent des chansons»

INTERVIEW Il interprète les textes des poètes qu'on apprend à l'école dans un album qui sort lundi...

Propos recueillis par Dolores Bakela

— 

Le chanteur Grégoire
Le chanteur Grégoire — Florent Drillon

Après Thérèse-Vivre d'amour, pour lequel il avait mis en musique les poèmes de Thérèse de Lisieux, le chanteur Grégoire propose un autre album concept Poésie de Notre enfance ce lundi. Rien n'est laissé au hasard, jusqu'au lieu de rendez-vous: 20 Minutes a rencontré Grégoire, à deux pas de la Maison de Victor Hugo, à Paris.

Comment est né ce projet ?

On a cinq enfants avec ma femme ; deux ensemble et trois de son premier mariage. Son dernier fils, 13 ans à l’époque, avait du mal à apprendre L’Albatros de Baudelaire. Plutôt que d’entrer dans un débat sur la poésie, je lui ai donné le disque de Léo Ferré. Dix minutes après, il la connaissait.

Ça s’est vraiment passé de manière aussi simple?

Oui. Les enfants sont comme nous. La musique facilite l’apprentissage. Mon fils de deux ans connaît déjà des refrains de chansons, sait compter alors qu’il ne parle pas forcément bien. J’ai pensé à lui en mettant en musique ces poésies, qu’il va rencontrer, qu’on a tous rencontrées dans notre scolarité.

Comment s’est effectuée la sélection?

Je me devais d’inclure Le Corbeau et Le Renard, La Cigale et La Fourmi et Le Lièvre et la Tortue de La Fontaine. Après, j’ai mis les poèmes en musique qui me touchaient le plus. Cet album est léger, avec des textes positifs. Ça fait du bien, car, d’habitude j’aborde surtout les thématiques de l’absence dans mes albums, je suis beaucoup dans l’intime. Ça fait du bien. C’est un album qui me correspond. La poésie permet de rendre la vie plus belle. Pour moi, aujourd’hui, les vrais poètes, ce sont les gens qui écrivent des chansons.

Est-ce un album réservé aux enfants?

Ce sont pour la majeure partie des poèmes qu’on apprend en primaire. L’aspect de la transmission et de l’éducation m’intéresse. D’ailleurs, les titres seront mis à disposition gratuitement pour les professeurs de l’Education nationale. Sur les 19 titres, une moitié rappelle les disques pour enfants, l’autre est le genre de titres que j’aurais pu avoir sur un album «normal».

En quoi la poésie peut toucher les enfants?

La poésie est un exercice qui ouvre de nombreuses portes. Les rimes font travailler la logique, le fait d’en apprendre favorise la mémoire, permet d’appréhender l’orthographe et une manière plus belle de dire les choses que dans la vie. J’ai fait cet album en pensant à ce que je voulais léguer à mon fils. Les poésies sont pleines de leçons de vie, notamment sur le travail. C’est important, vu mon métier et à l’heure de la téléréalité, où on existe juste parce qu’on se montre. Chacun a un travail. People n’en est pas un.

Et les adultes?

Si cela pouvait convaincre les éditorialistes de ne pas mettre seulement des mauvaises nouvelles dans leur journal, de voir la vie de manière plus simple, de moins l’intellectualiser grâce à ces poèmes, ce serait super! Mon enfant m’a rappelé que parfois s’asseoir dans le sable simplement, ça peut changer une journée.

Cela n’a pas été difficile d’utiliser les poèmes au niveau des droits?

J’ai eu l’accord des ayants droit, tous supercontents du projet, pour toutes les œuvres qui n’étaient pas tombées dans le domaine public. J’aurais pu chanter Prévert, mais il avait signé un contrat d’exclusivité à vie avec Joseph Kosma. Je ne voulais pas refaire ce qui a déjà été fait, donc j’ai abandonné. La veuve de l’auteur Les points sur les i de Luc Bérimont m’a donné le droit de le chanter. C’est un beau texte avec plusieurs strates, qui parle d’amour.

Vous allez participer à d’autres projets sur la poésie dans l’avenir?

J’ai un projet autour de Victor Hugo, un de mes poètes favoris, des contacts pour collaborer avec des artistes notamment aux Etats-Unis, des envies comme de travailler avec le Cirque du Soleil. Je veux continuer à aller là où on ne m’attend pas.