Zynga promet qu'«Empire & Allies» n'est pas «FarmVille»

JEU VIDEO Le jeu de stratégie est disponible sur iOS et Android depuis mardi...

Philippe Berry
— 
«Empire & Allies», de Zynga, est disponible sur iOS et Android.
«Empire & Allies», de Zynga, est disponible sur iOS et Android. — ZYNGA

Mark Skaggs revient à ses premiers amours. Ce vétéran du jeu vidéo, qui avait notamment travaillé sur les séries Command & Conquer et Red Alert dans les années 90-2000, a pris une autre direction chez Zynga quand il a conçu FarmVille puis CityVille. Alors que la chute a été aussi spectaculaire que le succès, le studio dégaine Empire & Allies, un jeu de stratégie en temps réel (RTS) qui veut séduire les gamers sur iOS (lien) et Android (lien). Et c'est juré, Skaggs promet qu'il n'y aura «pas de notifications intempestives sur Facebook.»

«On a essayé de garder le fun et la stratégie des RTS mais d'adapter le principe au mobile et au tactile», détaille le créateur. La mécanique reste classique: le joueur collecte des ressources pour construire sa base, déployer des unités et anéantir son adversaire. Mais sans clavier ni souris, certaines actions militaires, de patrouille, notamment, ont été automatisées. Lors d'une attaque, il faut d'abord grouper ses forces par catégories avant de lancer l'assaut.

Missions express

Mobile oblige, Empire & Allies, qui propose un univers militaire de série B «situé dans un futur proche», est conçu pour être consommé par petites bouchées «de deux ou trois minutes». On peut y jouer en solo, avec 250 missions, ou en multi. Il y a une dimension sociale, notamment pour aider un allié à accélérer ses constructions mais le studio s'affranchit définitivement de Facebook ou de Google+, qui ne servent qu'à se connecter au démarrage. Dommage que Zynga s'entête à proposer un modèle «free to play» (gratuit) qui se transforme trop souvent en «pay to win» (payer pour gagner) avec des micro-transactions plus importantes que la tactique ou la stratégie.

Avec un concept et des graphismes plus ambitieux que les poids lourds du moment comme Clash of the Clans ou Game of War, Empire & Allies a définitivement une carte à jouer... A condition que le nom et le passif de Zynga ne fassent pas fuir les gamers. Mark Skaggs est conscient du problème d'image de l'entreprise. «Mais nous pensons que si le jeu est bon, les joueurs répondront présent. La plupart ne sait même pas quel studio est derrière un titre», assure-t-il.

Le fondateur de retour à la barre

L'entreprise traverse une période tumultueuse. Après des acquisitions coûteuses qui n'ont pas fait long feu, comme celle du studio derrière Draw Something, Zynga a perdu 200 millions de dollars en 2014 et supprimé 15% de ses effectifs. L'ancien cadre de Microsoft, Don Mattrick, qui devait relancer la machine, vient de partir début avril après moins de 18 mois en poste et le cours de l'action a été divisé par six depuis les plus hauts.

Dans la tempête, c'est le fondateur de Zynga, Mark Pincus, qui reprend la barre. Empire & Allies et surtout les batailles dantesques du futur Dawn of Titans pourraient bien être ses dernières cartouches.

>> La bande annonce d'Empire & Allies