Trois films au creux de la vague

©2007 20 minutes

— 

Souffle, du Coréen Kim Ki-duk, Tehilim, film israélien du Français Raphaël Nadjari, et Import Export, de l'Autrichien Ulrich Seidl, tous trois en compétition, sont passés relativement inaperçus à force d'auteurisme excessif, tant dans leurs propos que dans leurs intentions. Tout juste sera-t-on tenté de « sauver » Tehilim. On peine pourtant à compatir à la souffrance de personnages dont on comprend mal les réactions suite à la disparition inexpliquée d'un père de famille. Plus improbable encore, la femme trompée de Souffle qui trouve du réconfort auprès d'un condamné à mort aperçu à la télé. Import Export, enfin, relève pour le spectateur de l'épreuve à force de rabaisser cyniquement ses personnages au rang de bêtes ou d'esclaves sexuels.