Le Prix Nobel de littérature Günter Grass est mort

DISPARITION Connu pour avoir écrit «Le Tambour», l'écrivain est décédé à l'âge de 87 ans...

Do.Ba. avec AFP

— 

Günter Grass en 2008
Günter Grass en 2008 — ANDERSEN ULF/SIPA

L'écrivain Günter Grass est mort. L'auteur allemand, connu pour son ouvrage Le Tambour est décédé ce lundi. Il avait 87 ans. Son éditeur a annoncé sa mort sur Twitter ce lundi midi, dans une clinique de Lübeck. La Maison Günter-Grass précise qu'«une infection» serait la cause de son décès. Le lieu dédié à l'auteur a ouvert un registre de condoléances.

 

 

Connu pour le roman Le Tambour qui avait été adapté au cinéma par Volker Schlöndorff, il avait été Prix Nobel de littérature en 1999 pour Mon Siècle, une manière de le récompenser pour toute sa carrière. 

Auteur engagé, cet homme de combats s'est exprimé publiquement contre le néolibéralisme, la guerre en Irak, la puissance atomique d'Israël ou encore les dessinateurs qui avaient caricaturé Mahomet. Lui qui avait été vu comme «la conscience morale de l'Allemagne d'après-guerre» avait révélé en 2006 qu'il avait servi dans les Waffen-SS, l'armée créée par Heinrich Himmler.

 

Des prises de position polémiques

Il avait soutenu avoir été enrôlé dans la Flak, l'armée de l'air. La divulgation tardive de ce secret, qui «le hantait depuis toujours», faite quelques jours avant le lancement de son dernier livre autobiographique, Pelures d'oignon (Beim Häuten der Zwiebel), avait suscité malaise et incompréhension en Europe. Il avait arrêté sa carrière littéraire en 2014, à cause de ses problèmes de santé. 

De nombreuses personnalités ont salué la mémoire de l'écrivain, comme le président allemand Joachim Gauck et la ministre de la Culture Monika Grütters, pour qui «son héritage culturel va prendre place à côté de celui de Goethe». Salman Rushdie, que Günter Grass avait soutenu lors de la fatwa lancée contre lui pour ses Versets Sataniques, pleure «un vrai géant, un inspirateur et un ami». L'écrivain hongrois Imre Kertész a rappelé leur "amitié" et l' "estime" mutuelle qu'ils se portaient.