Radio France: Pellerin appelle Gallet à «rétablir le dialogue social»

SOCIAL La ministre de la Culture a estimé, vendredi, dans un entretien...

20 Minutes avec AFP
— 
A woman speaks during a general assembly by striking employees of French public service radio broadcasting group Radio France on the 16th day of the strike on April 3, 2015 at the Radio France headquarters, the Maison de la Radio, in Paris. The employees have been on strike since March 19 after the CEO announced a financial savings strategy, with notably a voluntary redundancies plan for 200 to 300 senior employees and the relinquishment of one of Radio France's two orchestras. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON
A woman speaks during a general assembly by striking employees of French public service radio broadcasting group Radio France on the 16th day of the strike on April 3, 2015 at the Radio France headquarters, the Maison de la Radio, in Paris. The employees have been on strike since March 19 after the CEO announced a financial savings strategy, with notably a voluntary redundancies plan for 200 to 300 senior employees and the relinquishment of one of Radio France's two orchestras. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON — JACQUES DEMARTHON AFP

La ministre de la Culture a estimé, vendredi que le PDG de Radio France Mathieu Gallet avait «toutes les cartes en main pour sortir du conflit», l'appelant à «rétablir le dialogue social» alors que le conflit est entré dans sa troisième semaine.

A lire: Qui est Mathieu Gallet?

 

Fleur Pellerin a adressé un courrier en ce sens à Mathieu Gallet qui a annoncé «en conséquence», dans la soirée, «une nouvelle réunion de négociations samedi pour trouver une issue au conflit social et partager au plus vite le projet stratégique avec les collaborateurs de Radio France et leurs représentants».

«Il faut qu'il sorte de ce conflit mais c'est à lui de rétablir le dialogue social», a insisté la ministre.Tout en jugeant «nécessaire» un plan de départs volontaires, elle estime que «l'emploi n'est pas la seule variable d'ajustement».

Motion de défiance

La tension est montée d'un cran vendredi dans le conflit, avec le vote d'une motion de défiance contre le PDG. Le personnel a aussi voté la poursuite de la grève jusqu'à mardi matin.Le mouvement, que les journalistes ont rejoint vendredi, a été reconduit massivement lors d'une assemblée générale du personnel à laquelle assistaient entre 300 et 400 salariés, a constaté un photographe de l'AFP sur place. Il s'agit de la grève la plus longue depuis dix ans à Radio France. Elle coûte un million d'euros par semaine au groupe public.

«Mathieu Gallet a dit que Radio France risquait de ne pas passer l'été, lui doit partir sans délai», dit le texte de la motion, soutenue par les syndicats. Mais le PDG a pour sa part exclu de démissionner.«Au-delà de sa défense pathétique et de sa stratégie de communication, Mathieu Gallet persiste dans son mépris du dialogue social», souligne le texte de la motion.

L'intersyndicale a réclamé «un véritable projet d’avenir, et non le démantèlement de la radio de service public».«On ne peut plus discuter avec l'équipe actuelle qui est complètement discréditée, il n'y a plus aucune négociation depuis trois jours», a déclaré à l'AFP un élu CFDT.