VIDEO. «Battlefield Hardline» plonge le joueur dans des enquêtes policières à épisodes

JEU VIDEO La franchise soutenue par l'éditeur Electronic Arts s’offre un spin-off du côté des policiers et des malfaiteurs…

Joel Metreau

— 

Nick Mendoza, héros de Battlefield Hardline. Lancer le diaporama
Nick Mendoza, héros de Battlefield Hardline. — Electronic arts

Tout juste sorti sur PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360 et Xbox One, Battlefield Hardline peut dérouter les habitués de la franchise, mais conquérir les autres…

Battlefield c’est quoi d'abord?

La franchise Battlefield s’est créé une renommée dans le domaine des jeux de tir militaire depuis 2002. Battlefield («champ de bataille» en anglais), souvent placé en concurrence avec l'autre mastodonte du genre Call of Duty, mise davantage sur le jeu d’équipe en multijoueur. Battlefield Hardline, le douzième titre dans la série, marque une différence avec ses prédécesseurs sur le thème. Cette fois, pas de conflit entre armées ou de batailles historiques: le thème du jeu s'inscrit dans la lutte entre  policiers et malfaiteurs, dans le monde contemporain aux Etats-Unis.

Qui est à l’origine de ce «Battlefield»?

La plupart des jeux Battlefield ont été créés par le studio suédois Dice, progressivement racheté par le gros éditeur américain Electronic Arts à partir de 2004. Pour ce spin-off de Battlefield, Electronic Arts a remis la franchise entre les mains d’un autre studio américain qu’elle possède: Visceral Games. Ce dernier s’est fait remarquer avec une interprétation trash et gore de la Divine Comédie de Dante (Dante’s Inferno) et la trilogie horrifique Dead Space. Le premier de la trilogie, devenu culte, avait été loué pour ses qualités narratives.

Battlefield Hardline. - Electronic arts

Est-ce que la campagne solo est réussie?

La campagne solo de ce jeu de tir se démarque clairement de ses prédécesseurs par sa qualité. Parfois sacrifiée dans les jeux de tirs militaires, l'histoire semble être désormais prise plus au sérieux par les studios, comme en témoigne le dernier Call of Duty: Advanced Warfare, mettant en scène l’acteur américain Kevin Spacey.

Pour Battlefield Hardline, le joueur est invité à prendre le contrôle de Nick Mendoza, policier américain d’origine cubaine, chargé de démanteler un trafic de drogue à Miami. «Nous nous sommes inspirés de la série télé. Chaque niveau a été conçu comme un épisode, raconte Steve Papoutsis, producteur exécutif du jeu chez Visceral Games. A la fin de chaque épisode, une vidéo annonce ce qui va se passer dans le prochain.» 

Battlefield Hardline. - Electronic arts

Faut-il avoir la gâchette facile?

On pourrait vanter «l’arsenal  complet» mis entre les mains du joueur. Mais quel intérêt? Beaucoup plus judicieux, dans la campagne solo, Battlefield Hardline ne propose pas de tirer sur tous les suspects qui bougent. En montrant sa plaque au bon moment, le joueur peut procéder à des arrestations sans effusion de sang.

«Un système de récompenses encourage le joueur à ne pas faire usage de violence mortelle. Nous voulions à la fois que les joueurs puissent porter une arme et foncer dans le tas, mais aussi être plus doux», explique Steve Papoutsis. Une initiative bienvenue, plus réaliste, et qui met davantage le joueur à l'épreuve.

Battlefield Hardline. - Electronic arts

Que vaut le multijoueur?

Costaud, mais pas révolutionnaire, le multijoueur se déroule en neuf cartes et sept modes de jeu. Parmi ces derniers, on trouve le classique «Match à mort» et le mode «Conquête», propre à licence, où il s’agit de progresser en équipe pour capturer la base adverse.

«Nous avons continué à adopter le système pierre-feuille-ciseaux qui sied à Battlefield, mais en y intégrant d’autres éléments, précise Steve Papoutsis. Il existe toujours une forte incitation à la stratégie, Battlefield doit inviter les joueurs à travailler ensemble pour atteindre un objectif.» Au moindre faux pas d'un membre de son équipe dans le mode «Sauvetage», où l'on doit tirer un témoin VIP du pétrin, c'est la mission entière qui risque d'être anéantie.