Dalida, vingt ans qu'on ne l'oublie pas

©2006 20 minutes

— 

« Pardonnez-moi, la vie m'est insupportable. » C'est sur ces mots que Dalida a quitté la scène de sa vie, le 3 mai 1987 dans sa maison de Montmartre à Paris, laissant des millions de fans désemparés, en France et dans le monde entier. La carrière de Dalida, femme au caractère bien trempé et la volonté sans faille, avait pourtant tout d'une success story. Née au Caire de parents italiens, elle débarque à Paris avec pour seul bagage ses titres de Miss Egypte et de starlette du cinéma oriental. Mais c'est la chanson qui s'empare d'elle, lors de sa rencontre avec Eddy Barclay et Lucien Morisse, directeur artistique d'Europe 1. Dalida connaît un succès immédiat avec Bambino en 1956, jamais démenti par la suite. La jeune brune aux yeux bordés de khôl laisse alors place à la femme blonde et glamour. Dalida a traversé les générations et les styles sans se trahir. Sa voix rauque et profonde, puissante et intime, a servi un répertoire varié. Des chansons légères telles que Laissez-moi danser aux paroles intenses de Mourir sur scène, tout est en adéquation avec son évolution personnelle. Ses interprétations magnétisent le public grâce à l'émotion et à la sincérité qu'elles dégagent. Et toutes ses apparitions se transforment en shows à l'américaine.

Mais derrière les strass clinquants et le bonheur maquillé des années 1980, se cache une femme fragile, obsédée par l'échec de sa vie sentimentale et l'absence de maternité. Selon son amie Jacqueline Pitchal, « elle répétait qu'elle était une malédiction pour les hommes qu'elle a aimés ». Elevée au rang d'icône, Dalida est la seule artiste de variété française qui continue de vendre après sa mort près de 400 000 disques par an, très loin devant Claude François. Elle reste aussi la plus récompensée du show-biz.

2 000 de ses chansons ont été enregistrées en dix langues, dont le japonais, l'hébreu, le flamand et le libanais. 125 millions d'albums vendus, dont 8 millions depuis sa mort. 1978 marque l'invention du clip vidéo : Dalida a tellement de tenues à revêtir pour chanter en direct qu'un montage préenregistré doit être réalisé. n° 1 Gigi l'Amoroso et Il venait d'avoir 18 ans, étaient en tête des hit-parades de 12 pays en 1975. 80 % de ses admirateurs ont aujourd'hui moins de 25 ans.