La nomination du nouveau président du Centre Pompidou fait polémique

MUSEE Le remplacement d’Alain Seban par Serge Lasvignes a été confirmé…

Benjamin Chapon

— 

Le centre Georges Pompidou à Paris photographié de nuit.
Le centre Georges Pompidou à Paris photographié de nuit. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le conseil des ministres de mercredi 4 mars 2015 a confirmé la nomination de Serge Lasvignes à la tête du Centre Pompidou en remplacement d’Alain Seban. Cette arrivée à la présidence de troisième musée national français, deuxième plus important musée d’art moderne et contemporain au monde, fait débat. Serge Lasvignes est présenté par certains comme un gestionnaire qui n’a aucune expérience ni goût présumé pour le monde de l’art en général et de l’art contemporain en particulier.

Une nomination politique

Enarque, Serge Lasvignes, 61 ans, est agrégé de lettres et a été professeur en collège avant d’intégrer l’ENA en 1985. Il quittera bientôt son poste de secrétaire général du gouvernement. Dans les couloirs du Centre Pompidou, la polémique est violente et de nombreux conservateurs regrettent une nomination politique. Le Centre Pompidou semble victime d’un jeu de chaises musicales au niveau des plus hautes fonctions de l’état. D’après Les Echos, Serge Lasvignes devait libérer sa place de secrétaire général du gouvernement et aurait obtenu le Centre Pompidou en dédommagement.

Le monde culturel a beaucoup réagi, toujours de manière anonyme, à cette nomination avant même son officialisation pour s’inquiéter que le Centre Pompidou, confronté à des difficultés budgétaires, soit désormais géré par un président ne connaissant par l’univers très particulier de l’art contemporain. En 2014, le Centre Pompidou avait un  budget de 130 millions d’euros et a reçu 3,5 millions de visiteurs.