Les amateurs de jeux de société réunis à Cannes tout le week-end

REPORTAGE Petits et grands, amateurs ou joueurs avertis, ont pris d’assaut la croisette dès ce vendredi, jour de l’ouverture du 29e Festival international des jeux…

Anaëlle Grondin

— 

Le 29e Festival international des Jeux, le 27 février 2015 à Cannes.
Le 29e Festival international des Jeux, le 27 février 2015 à Cannes. — Anaëlle Grondin / 20 Minutes

De notre envoyée spéciale à Cannes,


Ce vendredi matin, il fallait jouer des coudes devant le Palais des Festivals de Cannes pour espérer participer au Festival international des jeux. Les amateurs se bousculaient à l’entrée dans un joyeux brouhaha pour pouvoir tester et découvrir des nouveautés. Dans les allées du Festival, des gamers, des parents venus avec leurs enfants, des couples… Une heure seulement après l’ouverture des portes, les tables de jeux étaient déjà remplies. Les stars du genre comme Dobble, Time’s Up et Dixit ont la cote. Mais pas seulement. Le public est très curieux. Du petit jeu de cartes facile à comprendre et rapide, conçu pour la famille, au jeu de réflexion et stratégie qui peut durer jusqu’à une heure et demie, il y en a pour tous les goûts. Entre les éclats de rire, les explications des règles des jeux par les exposants, les enfants qui chahutent, certains joueurs, silencieux, se concentrent pendant leur tour.

«Le plaisir d’être ensemble»

Attablé pour une partie de Five Tribes (Days of Wonder), récompensé jeudi soir par le Grand Prix, Philippe, 43 ans, nous raconte qu’il «joue régulièrement à la maison». Il ne vient pas forcément pour découvrir les nouveautés, mais «pour le plaisir d’être ensemble» et s’amuser. A quelques stands de là, Amélie, 25 ans, et Christophe, 31 ans, en couple, déambulent à la recherche d’un plateau de jeu encore disponible. La jeune femme est une habituée du Festival depuis de nombres années. Elle est un peu frustrée, cette fois. «J’ai l’impression qu’il y a moins d’espaces remplis que l’an passé», déplore-t-elle.

Hugo, 43 ans, et David, 40 ans, sont là pour les trois jours. Et ils ont bien l’intention d’en profiter un maximum. Même la nuit, puisque le Festival propose des soirées «Off» jusqu’à l’aube, qui réunissent passionnés et créateurs de tous les pays, qui n’hésitent pas à venir avec des prototypes improbables. David, joueur averti passionné de jeux de stratégie, ne rate jamais ce week-end ludique. «Je viens surtout découvrir les nouveaux jeux», nous explique-t-il. Chaque année, il dépense «100-150 euros environ».  Le Festival représente ainsi une vitrine très importante pour les auteurs et les éditeurs: il est possible d’y acheter à peu près tous les jeux édités en France.

«C’est super de voir les réactions des gens à nos jeux»

David Duperret, qui travaille pour l’éditeur Tiki Editions, est venu de Montréal pour présenter ses jeux, en particulier Gaïa. C’est la première fois qu’il se déplace à Cannes pour ce festival et il en est très content. Entre deux explications aux joueurs venus découvrir ses jeux, il nous confie: «L’ambiance est cool. Il n’y a pas le côté tunnel ni le rush des salons allemands [les plus gros]. C’est familial. C’est super de pouvoir voir comment roulent nos jeux, de voir les réactions des gens.» A quelques allées de là, l’éditeur Ludonaute jubile. Son jeu Colt Express a été sacré «As d’Or – Meilleur Jeu» jeudi soir, au cours de la cérémonie de remise des prix annuelle. Cédric Lefebvre, chef de projet chez Ludonaute, attend plus de joueurs que prévu. «C’est un énorme coup de projecteur», se réjouit-il. «Les gens sont intrigués. Ça va faire essayer le jeu.» Colt Express pourrait devenir un best-seller cette année grâce à cet As d’Or. Sorti il y a quatre mois, le jeu se vend déjà très bien. Trente mille exemplaires se sont écoulés dans le monde, dont 7.000 en France. Au-delà de 10.000 exemplaires vendus dans l’Hexagone, le succès est immense pour un jeu de société.

Le Festival international des Jeux de Cannes est aussi un moment stratégique pour l’avenir de l’éditeur. «Les auteurs profitent du salon pour venir nous voir. On a énormément de sollicitations. On discute avec eux, on les revoit souvent ensuite après, sur d’autres salons ou à Paris, indique Cédric Lefebvre. Nos jeux, on les a tous signés sur des salons.» 

Speed-dating auteurs/éditeurs et tournois de «Scrabble»

En plus des tables de jeux et stands de vente, le festival propose d’ailleurs cette année le premier speed-dating ludique auteurs/éditeurs. Il accueille également les championnats du monde 2015 de Monopoly (Hasbro) à l’occasion de ses 80 ans. Des grands tournois de jeux traditionnels sont aussi organisés tout au long du week-end. Eh oui, le Scrabble et le Jeu de dames ont encore de beaux jours devant eux malgré la créativité des auteurs et illustrateurs, et le succès des versions mobile de ces classiques.

Le Festival international des Jeux en cinq chiffres:

150.000: Le nombre de visiteurs attendus cette année.
30.000 m2: L'espace d'animations.
300: Le nombre d'auteurs et d'illustrateurs présents.
600.000: Le nombre d'exemplaires de Dobble (Asmodee) écoulé en 2014, ce qui en fait le jeu le plus vendu en France.
500.000: Le nombre d'exemplaires du Monopoly écoulé chaque année.