Festival d'Angoulême: Fauve d'or pour Riad Sattouf, le palmarès fait consensus

BD Les «Fauves» de l'édition 2015 viennent d'être décernés...

Olivier Mimran
— 
Riad Sattouf prépare déjà un nouveau film, «?d'humour mais pas sur l'adolescence?».
Riad Sattouf prépare déjà un nouveau film, «?d'humour mais pas sur l'adolescence?». — BALTEL / SIPA

La 42e édition du festival de la BD d'Angoulême restera celle de l'émotion (en raison des conséquences de l'attentat contre Charlie-Hebdo), mais on s'en souviendra aussi comme celle de l'équilibre: comme pour «compenser» un Grand prix remis pour la première fois à un Japonais, le palmarès 2015 a une forte connotation «franco-française».

À commencer par le Fauve d'or du meilleur album, emporté par le formidable L'arabe du futur de Riad Sattouf. Bien sûr, l'excellence de ce récit d'enfance, en Syrie et en Lybie, faisait figure de favori pour l'obtention du Graal suprême. Mais de nombreux observateurs craignaient qu'il ne lui file -injustement- sous le nez, Sattouf l'ayant déjà emporté, en 2010, avec le troisième tome de sa série Pascal Brutal, un album d'humour plaisant mais loin de faire l'unanimité. Le jury présidé par Gwen de Bonneval aura donc eu l'intelligence de récompenser un album réellement abouti, qui plus est un gros succès en librairie – ce qui devrait faire taire les esprits chagrins qui reprochent souvent au festival de ne pas promouvoir la BD «populaire».

>> Retrouvez la chronique de l'Arabe du futur, ici <<

Sur la scène du théatre d'Angoulême, Riad Sattouf, très ému, a déclaré: «Quand j'ai montré cet album à ma mère, elle m'a dit “tu es sûr que ça va intéresser quelqu'un?”. Je suis content qu'elle se soit manifestement trompée – une fois de plus (rires)».

Son seul véritable concurrent était certainement Building Stories, de l'américain Chris Ware, un coffret comprenant quatorze livrets et opuscules et révolutionnant littéralement la lecture de la BD. L'ouvrage, l'un des deux seuls non francophones honorés, reçoit néanmoins le Prix spécial du Jury.

>> Retrouvez la chronique de Building Stories ici <<

Le Prix de la Série revient au sixième et ultime tome de Lastman, un «manga médiéval à la française« dixit son trio d'auteurs Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak. Encore une fois, c'est un titre ultra-populaire qui est récompensé, la série ayant d'abord cartonné en ligne, où elle a d'abord été publiée, puis en librairie.

>> Retrouvez la chronique de Lastman 6 ici <<

Annoncé jeudi, le fauve Jeunesse va au premier tome de l'excellente adaptation du roman de Philip Pullman Les royaumes du Nord, là encore un gros succès éditorial. Le Prix Révélation récompense, lui l'admirable travail de Lisa Lugrin et Clément Xavier qui, dans leur Yékini, le roi des arènes, mettent en lumière la lutte sénégalaise, sport national numéro au Sénégal, à travers la figure de l'un de ses athlètes les plus célèbres.

>> Retrouvez la chronique des Royaumes du Nord ici <<
>> Retrouvez la chronique de Yékini, le roi des arènes ici <<

Enfin, le Prix du Patrimoine va à San Mao, le petit vagabond du chinois Zhan Leping. Ici encore, point d'injustice puisqu'il s'agit d'une œuvre vraiment exceptionnelle et admirablement restaurée par les éditions franco chinoises Fei.

>> Retrouvez la chronique de San Mao ici <<

Varié mais sans réelle surprise, ce palmarès se distingue quand même sur un point: il récompense des albums qui, objectivement, le méritent tous. Il met ainsi, en douceur, un point final à une édition qui se sera déroulée sous le poids de la tristesse. Et permet d'envisager la prochaine sous de meilleurs auspices.

Palmarès complet du festival d'Angoulême 2015

Fauve d’Or – Prix du Meilleur Album

L'Arabe du futur, de Riad Sattouf - éditions Allary

Le Fauve d’Or récompense le meilleur album de l’année, sans distinction de genre, de style ou d’origine géographique.

Fauve d’Angoulême – Prix Spécial du Jury

Building stories, de Chris Ware - éditions Delcourt

Ce prix récompense un ouvrage sur lequel le jury a particulièrement souhaité attirer l’attention du public, pour ses qualités narratives, graphiques et/ou l’originalité de ses choix.

Fauve d’Angoulême – Prix de la Série

Lastman t6, de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville - éditions Casterman

Ce prix récompense une œuvre développée sur plusieurs volumes (à partir de trois), quel que soit le nombre total de volumes de la série.

Fauve d’Angoulême – Prix Révélation

Yékini, le roi des arènes, de Lisa Lugrin et Clément Xavier - éditions FLBLB

Ce prix distingue l’œuvre d’un auteur en début de parcours artistique.

Fauve d’Angoulême – Prix du Public Cultura

Les vieux fourneaux t1, de Wilfrid Lupano et Cauuet - éditions Dargaud

Ce prix donne la parole au grand public en lui permettant de voter pour sa BD préférée parmi une pré-sélection réalisée par les libraires experts Cultura.

Fauve d’Angoulême – Prix jeunesse

Les royaumes du Nord t1, de Stéphane Melchior-Durand & Clément Oubrerie - éditions Gallimard

Ce prix récompense une œuvre plus particulièrement destinée au jeune public.

Fauve d’Angoulême – Prix du patrimoine

San Mao, le petit vagabond, de Zhang Leping - éditions Fei

Ce prix récompense une œuvre appartenant à l’histoire mondiale de la bande dessinée, ainsi que le travail éditorial qui a permis de la redécouvrir.

Fauve Polar/SNCF

Petites coupures à Shioguni, de Florent Chavouet - éditions Philippe Picquier

Ce prix récompense un polar en bande dessinée, original ou adapté d’une œuvre littéraire.