Festival d'Angoulême: deux Grands Prix pour le prix d'un

BD La 42e édition a délivré le Grand Prix au japonais Katsuhiro Otomo et un «Grand prix spécial» au journal Charlie Hebdo...

Olivier Mimran

— 

Le dessinateur de manga Katsuhiro Otomo le 12 décembre 2014 à l'ambassade de France à Tokyo. Ce jour-là, il avait été nommé officier de l'ordre des Arts et des Lettres.
Le dessinateur de manga Katsuhiro Otomo le 12 décembre 2014 à l'ambassade de France à Tokyo. Ce jour-là, il avait été nommé officier de l'ordre des Arts et des Lettres. — YOSHIKAZU TSUNO / AFP
Ereintés par une pluie battante et oppressés par le climat de tristesse qui règne sur une édition endeuillée, les festivaliers n'espéraient peut-être plus grand chose de la plus grande manifestation européenne dédiée à la bande dessinée. Jusqu'à ce que soit annoncé, en début de soirée, le Grand Prix 2015... ou plutôt les Grand Prix, puisque en cette année particulière, le japonais Katsuhiro Otomo a reçu le grand prix de la ville et le journal Charlie Hebdo, un Grand Prix spécial ««pour que le souvenir du travail de tous les contributeurs de ce titre essentiel de la presse française reste dans les mémoires, en hommage aux dessinateurs assassinés et à leur nécessaire combat pour la liberté d’expression ».
 

La distinction d'Otomo n'est qu'une demi-surprise: il faisait partie d'une short-list établie selon les votes de 3.500 auteurs et qui, au terme de son second tour, n'opposait plus que le mangaka, le dessinateur belge Hermann et le scénariste anglais Alan Moore. En recueillant 38% des suffrages, Otomo, auteur du cultissime manga Akira, devient le premier auteur japonais sacré à Angoulême.


Prix de consensus


«C'est génial, parce qu'avec Akira, Otomo a révolutionné le manga, lui a insufflé une audace qu'il n'avait pas jusque là. Il a en outre influencé des tas d'auteurs par le monde, a réagi Benoît Mouchart, ancien directeur artistique du festival et directeur artistique des éditions Casterman. Et puis Otomo, c'est le Kubrick de la BD parce qu'il sait être à la fois un prodigieux entertainer et un expérimentateur audacieux. » 

Le Grand prix spécial au journal Charlie Hebdo apparaît plus comme un trophée de consensus: de nombreux auteurs avaient fait connaitre, ces dernières semaines, leur vœu de voir le journal satirique recevoir le Grand Prix à titre symbolique. L'organisation du festival a préféré lui attribuer un titre honorifique comme il l'avait fait pour ses dixième, quinzième, vingtième, trentième et quarantième anniversaires.