Un rappeur vend son album 1.000 dollars… et a déjà trouvé de nombreux acheteurs

MUSIQUE Nipsey Hussle ne doute pas de son modèle de vente inédit mais ça ne l’empêche pas d’être surpris à chaque fois que quelqu’un dépense autant pour recevoir son dernier disque, «Mailbox Money»…

A.G.
— 
Nipsey Hussle en septembre 2014 à West Hollywood.
Nipsey Hussle en septembre 2014 à West Hollywood. — Noel Vasquez / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A choisir, téléchargeriez-vous un album de musique mis en ligne gratuitement ou dépenseriez-vous 1.000 dollars pour recevoir chez vous une version deluxe dont vous ignorez le contenu? Figurez-vous qu’une soixantaine de personnes ont choisi de mettre la main à la poche pour écouter Mailbox Money, le dernier album du rappeur de Los Angeles Nipsey Hussle. Et ce, deux semaines seulement après sa sortie.

Le quotidien britannique The Guardian raconte l’histoire et revient sur l’initiative du jeune homme de 29 ans. Après avoir quitté le label Epic Records, Nipsey Hussle a dû chercher un nouveau modèle économique pour vendre sa musique. Et il pense l’avoir trouvé avec ses albums à 1.000 dollars, même si cela est très étonnant à l’heure où l’écoute de musique en streaming (illégal ou pour des sommes dérisoires) est plébiscitée.

«Je contacte directement l'acheteur, ça m'aide à comprendre sa psychologie»

«Cela me surprend à chaque vente, même si j'ai confiance en ce système, raconte le rappeur américain au Guardian. Chaque fois, je reçois un texto et je contacte directement l'acheteur. Le retour que j'ai me permet de comprendre la psychologie de quelqu'un qui dépense 1.000 dollars pour des chansons qu'il pourrait obtenir gratuitement.» Nipsey Hussle avait déjà testé ce modèle économique en 2013 pour son précédent disque Crenshaw. Il l’avait vendu 100 dollars en version physique. Plus de 1.000 exemplaires étaient partis.