Attentat à «Charlie Hebdo»: Le festival d'Angoulême pourrait créer un prix

BD À moins de trois semaines de l'ouverture du 42e Festival de la bande dessinée d'Angoulême, ses responsables réfléchissent aux mesures à prendre suite à l'attentat contre Charlie Hebdo...

Olivier Mimran

— 

Le fauve d'Angoulême en deuil
Le fauve d'Angoulême en deuil — d'après Le Fauve ® L. Trondheim / 9eArt+

La bande dessinée est en deuil alors même qu'elle s'apprêtait à «être en fête» à l'occasion du prochain festival d'Angoulême (du 29 janvier au 1er février), les dessinateurs de presse œuvrant souvent également dans le 9e art. Georges Wolinski, une des victimes de Charlie Hebdo, avait d'ailleurs reçu le Grand Prix du festival en 2005.

Dès jeudi, l'organisation du festival a réagi et témoigné de son émotion, de sa solidarité et de son engagement dans un communiqué de presse s'achevant par un émouvant: «Le dessin est éternel, et les dessinateurs disparus de Charlie Hebdo le seront toujours dans nos cœurs».

Cliquez pour agrandircliquez sur l'image pour l'agrandir

Le FIBD (Festival International de la Bande Dessinée) ouvrait alors une page Facebook sur laquelle il invitait les dessinateurs du monde entier à rendre hommage à leurs collègues disparus. Ce vendredi soir, plus de 400 dessins ont été recueillis.

Une question demeure: en quoi les événements de Charlie Hebdo vont-ils impacter le festival? «L'équipe organisatrice est en phase de réflexion intense, explique à 20Minutes Franck Bondoux, délégué général de la manifestation. L'actualité est chaude et le festival imminent, donc on essaie d'anticiper ce qui peut et ce qui doit s'y passer en réaction au drame de Charlie Hebdo».

«Ce qui est certain, c'est que le festival de la bande dessinée doit être un lieu de mémoire. Dans un cadre de deuil, mais aussi dans un esprit d'hommage», précise-t-il. «Nous pensons qu'il est aussi important qu'Angoulême soit un lieu d'échange et de réflexion sur la liberté d'expression, en fédérant bien au-delà du seul cadre du monde de la BD. Nous aspirons à ce que cette édition -et les prochaines!- revête une forte dimension participative pour les festivaliers, la presse, les artistes, intellectuels, mais également pour la puissance publique».

Concrètement, Franck Bondoux envisage donc plusieurs actions lors du festival 2014:

  • «Une exposition réunissant des œuvres des dessinateurs de Charlie hebdo»
  • «Un concert de dessins avec l'équipe de Charlie Hebdo, peut-être en forme d'hommage aux disparus ou à la liberté d'expression, ça reste à déterminer»
  • «La probable création d'un Prix spécial autour de la liberté d'expression. Il pourrait s'appeler "Prix Charlie", mais c'est encore en discussion»
  • «Le recueil d'hommages de dessinateurs du monde entier, qui a été lancé il y a deux jours sur Facebook»
  • «L'instauration d'un temps de débats permanent, qui donnera au public et aux artistes la possibilité d'échanger dans une forme, à déterminer, d'interaction solidaire».
     

Ce vendredi, le FIBD et la mairie d'Angoulême ont conjointement annoncé que «deux kakémonos honorant la mémoire des victimes de Charlie Hebdo et affirmant un soutien à leurs familles» ornaient désormais la façade de l'Hôtel de ville. «le Fauve du Festival d'Angoulême "Je suis Charlie", créé par Lewis Trondheim,  et les noms des douze personnes assassinés, seront affichés durant tout le mois de janvier. Angoulême est Charlie, le Festival international de la bande dessinée est Charlie… nous sommes Charlie…»

20 Minutes a appris des pouvoirs publics qu'une réflexion était en cours visant à «déterminer les mesures, sécuritaires ou pas, à prendre en amont de l'ouverture du festival». Une réunion avec tous les acteurs de la manifestation se tiendra à ce sujet incessamment.