Pour Noël, des festivals de rock emballés dans du papier cadeau

MUSIQUE La plupart des grands festivals d’été proposent des promotions de Noël sur les places de leurs éditions 2015…

Benjamin Chapon
— 
Matt Shultz lors du festival Rock-en-Seine le 22 août 2014 à Saint-Cloud
Matt Shultz lors du festival Rock-en-Seine le 22 août 2014 à Saint-Cloud — Bertrand Guay AFP

Mises en vente quelques semaines avant Noël, les places pour l’édition 2015 du Hellfest Festival ont été épuisées en quelques jours. Les amateurs de musique peuvent heureusement se rabattre sur la plupart des autres grands festivals français qui proposent également des promotions pour les fêtes.

«La tendance a débuté en 2012 et explose cette année, explique Michel Barbier, responsable des opérations spéciales chez Objectif Billetterie. Sur certains événements musicaux d’été, notamment les plus identifiés, une majorité de places sont vendues avant Noël. Ce goût s’accompagne d’une hausse des ventes de places pour les festivals de 30% en cinq ans. Un forfait pour un festival est devenu un cadeau très commun.»

Achat à l'aveugle
 

Les Francofolies de La Rochelle proposent déjà des billets groupés pour deux soirées de concerts sur la grande scène. Le festival n’a pas encore dévoilé sa programmation mais promet que les 10 et 11 juillet seront orientés «pop française, électro et musiques urbaines» et les 12 et 13 juillet consacrés aux «artistes incontournables de la chanson française». 

Pionnier en la matière, Rock en Seine vend également des forfaits trois jours sans connaître sa programmation, comme le Big Festival à Biarritz ou le Free Music à Montendre. «On a des festivaliers très fidèles qui ne viennent pas pour une tête d’affiche mais pour la programmation dans son ensemble, nous expliquait François Missonnier, organisateur du festival. Cela tient à notre identité, c’est-à-dire nos choix artistiques, notamment les découvertes, mais aussi l’ambiance du lieu, l’accueil, les activités.»

Forfait trésorerie
 

Depuis quelques années, les festivals assistent à un double phénomène de hausse de leur fréquentation et de baisse de leurs subventions. «Le pire pour un festival, c’est l’incertitude financière, explique Stéphanie Martial, consultante en communication pour plusieurs festivals. Ils ont une économie très tendue avec beaucoup de frais en amont de l’événement, et beaucoup de ressources humaines à mobiliser sur une courte période. Comme les partenaires décident de leurs subventions en dernière minute, les festivals doivent se débrouiller pour trouver de la trésorerie.»

La vente de places par forfaits promotionnels a un revers. «Les promotions, ça permet d’avoir une belle édition. Ça fait plaisir à tout le monde, notamment les partenaires, et ça renvoie une belle image de l’événement, analyse Stéphanie Martial. Mais un festival fait sa marge avec les billets vendus à l’unité et au prix fort quelques jours avant l’événement. Un festival perd de l’argent quand il vend un forfait.»