Nintendo dégaine à son tour des figurines interactives, les Amiibo

JEU VIDEO Pour accompagner le lancement du jeu «Super Smash Bros. for Wii U», la société japonaise a mis sur le marché douze figurines interactives...

Joel Metreau

— 

Les Amiibos de Mario et Pikachu.
Les Amiibos de Mario et Pikachu. — Nintendo
  • Nintendo affronte avec retard les «Skylanders» d'Activision et «Disney Infinity» sur le secteur des jouets vidéo
  • Pour l'instant, seuls trois jeux sur la console Wii U sont compatibles avec les Amiibo
  • Nintendo aimerait voir les Amiibo susciter l'intérêt des collectionneurs et relancer les ventes décevantes de sa Wii U

A vrai dire, on attendait Nintendo plus tôt sur le créneau des jouets vidéo. Il suffit de feuilleter les pages de Before Mario (Omaké Books) écrit par le passionné Erik Voskuil. Dans la deuxième moitié des années 1970, la société japonaise s’était lancée dans la production tous azimuts de jouets électroniques innovants: talkie-walkie sans fréquence radio, conga intégrant disques préprogrammés, machine à barbe à papa portative…

Trois années après les Skylanders d’Activision, un an après Disney Infinity, Nintendo a sorti ses figurines interactives (env. 13 euros l’unité), les Amiibo. La première salve, qui accompagnait le lancement de Super Smash Bros. for Wii U, comptait douze personnages, avec les emblématiques Mario, Link (La légende de Zelda), Pikachu (Les Pokémons), Samus (Metroid)... La deuxième salve sera tirée le 19 décembre en attendant d’autres modèles en 2015.

Sans fil, sans piles

Pour l’instant, les figurines, qui fonctionnent sans fil et sans pile en les approchant du gamepas de la Wii U, ne sont compatibles qu’avec trois titres: le jeu de combat Super Smash Bros. for  Wii U, celui de course Mario Kart 8 et enfin Hyrule Warriors. C’est léger, mais quatre autres titres devraient les accueillir en 2015, comme Mario Party 10. Par ailleurs, Nintendo prévoit aussi de rendre les Amiibo fonctionnels avec la Nintendo 3DS, sa console portable, avec l’ajout d’un nouveau périphérique.

Compatibles avec plusieurs jeux

A la différence de ses concurrents, les Amiibo sont compatibles avec plusieurs jeux Nintendo. Dans Super Smash Bros for Wii U, on peut sauvegarder ses données sur son Amiibo: plus de défense ou d’attaque, pour le personnage, qui va se retrouver sur l’écran avec ces caractéristiques. Seulement, si un prochain jeu requiert une sauvegarde, il faudra obligatoirement effacer la précédente sur l'Amiibo. Dans Mario Kart 8, l’Amiibo offre des possibilités de customisation supplémentaires.

Des malfaçons qui font grimper les enchères

Finalement, les Amiibo émoustillent davantage l’intérêt des collectionneurs. Ce qu’a bien compris Nintendo en expliquant que certaines figurines ne seront pas rééditées. Pour l’instant les collectionneurs se passionnent pour les malfaçons: un Samus à double canon (au lieu d’un) s’est vendu à 2.500 dollars sur eBay, tandis qu’une Princess Peach sans jambes a vu son prix de départ fixé à 100 dollars.

Les Amiibo ont aussi pour but de relancer les ventes – à la traîne – de la console de salon Wii U: 7,3 millions écoulés dans le monde, loin derrière le succès de la PS4 (10 millions de ventes), pourtant arrivée un an plus tard. Il est difficile d'imaginer que les figurines puissent actuellement susciter un véritable engouement. Chez Rovio, les «telepods», jouets vidéo issus de l’univers Angry Birds, n’ont pas réussi à redresser les comptes de l’entreprise finlandaise. Début octobre la firme annonçait qu’elle supprimait chez elle un poste sur six.