Le rappeur Rohff a reconnu avoir «mis des coups» lors d’une «bêtise spontanée»

JUSTICE Mis en examen en avril 2014 pour avoir violemment passé à tabac un jeune vendeur, le rappeur Rohff avait alors reconnu les faits lors de son audition…

B.Ch.

— 

Rohff (Housni Mkouboi), rappeur francais. Photographie réalisee le 2 octobre 2009 à Paris à l'occasion du tournage de l'émission "Vous aurez le dernier mot!", présentee par Franz-Olivier Giesbert sur France 2.
Rohff (Housni Mkouboi), rappeur francais. Photographie réalisee le 2 octobre 2009 à Paris à l'occasion du tournage de l'émission "Vous aurez le dernier mot!", présentee par Franz-Olivier Giesbert sur France 2. — BALTEL/SIPA

Le rappeur Rohff a reconnu avoir porté des coups lors du passage à tabac d’un jeune vendeur parisien le 24 avril 2014. Le Parisien a eu accès aux PV d’audition du rappeur après son interpellation. Rohff y reconnaît avoir porté des coups.

Ce jour-là, le rappeur et des amis à lui pénètrent dans uns boutique parisienne de la marque de son rival, le rappeur Booba. D’après Rohff, il n’y a pas préméditation, juste l’envie de «régler ça entre hommes» avec Booba après la diffusion d’une énième vidéo moqueuse sur internet. Rohff s’explique alors avec le vendeur puis se met à le frapper violemment, rapidement rejoint par ses amis pour un passage à tabac. «Il n'y avait aucune préméditation, c'était une bêtise spontanée», affirme le rappeur.

Pas de coups au visage

Mis en examen pour «violences aggravées et dégradations», Rohff aurait d’abord nié son implication lors d’une première déclaration. Confronté à la vidéo des caméras de sécurité, qui a été largement diffusée sur internet, le rappeur reconnaît: «Oui, c'est vrai, j'ai mis des coups. Je ne vous ai pas dit la vérité car je ne veux pas que l'on croit que ce sont ces coups qui ont mis Papys (surnom du vendeur) dans cet état. Même si je lui donne des coups de poing et de pied, je ne l'ai jamais touché au visage, à part la gifle de départ.» Rohff prétend ainsi que ce n’est pas un de ses coups qui a «éteint» la victime. Le jeune homme de 19 ans était resté plusieurs jours dans le coma suite à ces coups.