Le mouvement des corps pour dire l'indicible

DANSE Daniel Dobbels, après avoir inauguré la Biennale du Val-de-Marne le mois dernier, crée, jusqu'à samedi au théâtre de la...

Ph. V.

— 

Daniel Dobbels, après avoir inauguré la Biennale du Val-de-Marne le mois dernier, crée, jusqu'à samedi au théâtre de la Cité internationale de Paris, L'Insensible déchirure. C'est une formidable reconnaissance pour ce chorégraphe également écrivain et spécialiste réputé des arts plastiques.Ce parcours atypique lui a souvent permis d'aborder des sujets complexes. Ainsi la présente pièce traite-t-elle de l'Holocauste. Le sujet est très rarement évoqué en danse, comme s'il était irreprésentable. Ici, pas d'image de charniers, pas de décor. Dans ce septuor, la musique se charge de l'évocation historique et la danse montre, par une lenteur grave, par une gestuelle très attentive aux émotions, ce que les corps ont retenu de la Seconde Guerre mondiale. Un accablement que seule la danse peut exprimer.