VIDEO. Les Pokémon: «C’est comme au zoo, certains puent, d’autres sentent la fleur»

JEU VIDEO A l'occasion de la sortie ce vendredi sur Nintendo 3DS de «Pokémon Rubis Oméga» et de «Pokémon Saphir Alpha», 20 Minutes a rencontré son producteur Junichi Masuda et son réalisateur Shigeru Ohmori...

Joel Metreau

— 

Artwork pour l'épisode Delta de Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha. Lancer le diaporama
Artwork pour l'épisode Delta de Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha. — Nintendo

Du neuf avec du vieux. C’est ce que propose Nintendo avec la sortie ce vendredi de Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha sur sa console portable 3DS. Il s’agit de remakes de Pokémon Rubis et Pokémon Saphir, parus sur son ancêtre, la Game Boy Advance… en 2002. Deux jeux qui tiennent à cœur au producteur japonais Junichi Masuda, puisqu’ils les avaient réalisés dans des conditions particulières. 

«On travaillait avec l’idée que c’était le dernier»

«Les Pokémon connaissaient alors un pic de popularité, mais les médias affirmaient que la franchise touchait à sa fin, se rappelle le producteur de 46 ans. Oui, on était un peu triste, on travaillait avec l’idée que c’était le dernier.» Et comme on garde le meilleur pour la fin, ils ont tout donné. Seize millions d’exemplaires s’en écoulent. Et cette mise à jour montre que les dresseurs de Pokémon n'ont pas pris leur retraite. Sortis la semaine dernière au Japon et aux Etats-Unis, il s'est déjà vendu trois millions de Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha. 

«La région où habitaient mes grands-parents» 

En 2002, Junichi Masuda en profite pour y glisser des «éléments personnels». La région fictive de Hoenn, dans ces Pokémon, est inspirée de celle de Kyushu, l’île la plus au sud du Japon. «C’est là où habitaient mes grands-parents, explique Junichi Masuda, c’est un endroit champêtre et très calme.» Un silence à peine perturbé par le cri des Pokémon sauvages. Et quand on s’interroge sur l’odeur que dégageraient les Pokémon, c’est Shigeru Ohmori, le réalisateur de Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha, qui s’esclaffe: «C’est comme au zoo, certains Pokémon puent, d’autres sentent le bois, la fleur...» Masuda renchérit : «Certains dresseurs de Pokémons sont comme les sommeliers en France, ils doivent être experts du nez.»

Oméga et Alpha exhalent un parfum de nostalgie, sans pour autant être des copies conformes des originaux. Ils intègrent l’héritage des Pokémon X et Y sortis l’an passé, comme le concept de «Mega-Evolution», avec des créatures qui deviennent giga-super-fortes. «Il a fallu complètement rééquilibrer par rapport au jeu original pour que le remake ne soit pas trop simple, indique Shigeru Ohmori. Je me rappelle de passages vraiment ardus. On a conservé la difficulté en tripotant des chiffres.» La famille des Pokémon ne cesse de s’agrandir au gré des générations. On en compte plus de 700 aujourd’hui. De X et Y, vendus à 12 millions d’exemplaires quatre mois après leur sortie, ont été conservés les Pokémons de type Fée : Flabébé, Cupcanaille, Sucroquin…

Un nouvel épisode: Delta

Le scénario s’est légèrement étoffé d’un épisode appelé «Delta», «qui va permettre aux joueurs de découvrir le secret des méga-évolutions», précise Shigeru Ohmori. Dans le décor, quelques modifications sauteront aux yeux des connaisseurs. «Il y a douze ans, dans l’original, le héros possédait dans sa chambre une GameCube, remarque le réalisateur. C’était la console de salon de Nintendo, qu'on pouvait relier à la Game Boy Advance», notamment pour y stocker les créatures sur la carte mémoire. Bye la GameCube, aujourd’hui, c’est une Wii U qui trône dans la chambre. «Mais cela ne signifie pas qu’il va se passer quelque chose entre Pokémon Rubis Oméga et de Pokémon Saphir Alpha et la Wii U», assure Shigeru Ohmori. Pourtant, il ne fait aucun doute que les fans apprécieraient.