VIDEO. Bernard Heidsieck, poète et rappeur avant l’heure, est décédé

DECES Proche du mouvement Beat, il a permis à la poésie française de sortir du livre et de devenir sonore...

Anne Demoulin

— 

Le poète Bernard Heidsieck.
Le poète Bernard Heidsieck. — Capture d'écran/TouTube

Un des plus grands poètes français s’est éteint. Bernard Heidsieck est mort le 22 novembre, d’insuffisance respiratoire. Né le 30 novembre 1928, Bernard Heidsieck a sorti la poésie des livres et est devenu le modèle de plusieurs générations de poètes. Pour certains, il fut un rappeur avant l’heure.

Issu de l'une des plus illustres familles champenoises, il passe enfance et adolescence à Reims. Il étudie à Paris à Sciences Po et entre en 1954 à la Banque française du commerce extérieur (BFCE). Il y restera jusque dans les années 1980.

Parallèlement, au milieu des années 1950, Il fait sortir la poésie des livres et crée ce qu’il appelle la «Poésie Sonore». Une poésie dite proclamée. En 1955, il enregistre ses premiers Poèmes-Partitions. Il utilise d’ailleurs le magnétophone comme procédé d’écriture.

En 1962, il fonde la Poésie Action, active et «debout» selon sa propre expression. Puis, il travaille par séries avec les Biopsies entre 1966 et 1969 (au nombre de 13). De 1969 à 1980, ce furent les 29 Passe-Partout, dont le fameux poème Vaduz de 1974.

Marié à l’artiste plasticienne Françoise Janicot, il réalise aussi des collages, y mêlant des circuits intégrés ou des fragments des bandes magnétiques utilisées lors de la création de ses poèmes sonores.

En 1976, il fonde le premier Festival de poésie sonore à l’Atelier Annick Le Moine. De 1978 à 1986, il écrit Derviche/Le Robert, composé de 26 poèmes sonores. Puis à partir de 1988, Respirations et brèves rencontres, 60 poèmes réalisés à partir d’archives d’enregistrements de souffles d’artistes.

Il est récompensé en 1991 par le Grand prix national de la Poésie. En 2011, la villa Arson de Nice lui consacre une rétrospective. Un documentaire retraçant son parcours a été présenté à la FIAC le 25 octobre dernier. Une exposition de l’ensemble de son œuvre poétique et plastique lui sera consacrée jusqu'au 1er février 2015 à Berlin au nouveau lieu la Plaque Tournante. Il aura permis à la poésie d’être entendue.