L’anorexie, centre de toutes les attentions

Sandrine Cochard

— 

L’anorexie est toujours d’actualité. Alors qu’Allegra Versace, 20 ans et fille de la styliste Donatella Versace, lutte contre l’anorexie depuis plusieurs années selon sa mère, Paris, capitale de la mode, est en passe d’interdire le défilé des mannequins trop maigres.
 
Paris s’engage
 
Les élus au conseil de la ville ont adopté mardi soir un vœu du groupe des Verts demandant aux organisateurs de salons et défilés de mode de refuser d'employer des mannequins trop maigres.
Lyne Cohen-Solal, adjointe PS au Commerce, a souligné que la maigreur des mannequins, souvent de très jeunes femmes, est un «problème de santé publique, lié à une fausse image de la femme». Elle s'est prononcée pour l'élaboration d'une «charte de déontologie avec les professionnels» de la mode, précisant qu’«il faudrait renforcer les contrôles sur les moins de 16 ans».
 
Maigre à en mourir
 
Récemment, le ministre de la Santé Xavier Bertrand avait annoncé la très prochaine mise en place d'un groupe de travail sur l'image du corps qui sera invité à formuler des recommandations face au risque posé par l'anorexie.
 
La maigreur des mannequins avait déjà été décriée à Madrid.
Quelques semaines après la polémique, la top-modèle Ana Carolina Reston mourrait à 21 ans, à Sao Paulo, alors qu'elle ne pesait plus que 40 kg pour 1,74 m