Les bureaux de pouvoir passent à table

DESIGN Une exposition montre les tables et bureaux créés depuis cinquante ans par le Mobilier national pour meubler les lieux de pouvoir…

Benjamin Chapon

— 

Bureau conçu par Chaix et Morel pour le Mobilier national, présenté lors des Journées du patrimoine en 2007 privé de Nicolas Sarkozy au palais de l'Elysée
Bureau conçu par Chaix et Morel pour le Mobilier national, présenté lors des Journées du patrimoine en 2007 privé de Nicolas Sarkozy au palais de l'Elysée — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Pour les cinquante ans de l’Atelier de Recherche et de Création, le Mobilier National organise l’exposition A tables!, l’occasion de découvrir quelques-unes des tables emblématiques créées par l’ARC pour les ministres, présidents et autres ambassadeurs français.

Les grands administrateurs de l’Etat peuvent meubler leurs bureaux à partir des collections du Mobilier national. Outre des meubles historiques, les collections s’enrichissent chaque année des créations de l’ARC. «L’Atelier ne réalise quasiment que des exemplaires uniques, explique Myriam Zuber-Cupissol, commissaire de l’exposition. Depuis 1992, le choix des projets est fait en commission. Ensuite, les personnalités politiques qui y ont droit s’adressent à l’administrateur général du Mobilier national pour obtenir telle ou telle pièce pour leurs bureaux. Il n’y a pas de catalogue mais des propositions sur photos en fonction des souhaits formulés en termes de style.»

Pour 20 Minutes, Myriam Zuber-Cupissol, commissaire de l’exposition, a choisi quatre tables ou bureaux ayant servi à nos dirigeants.

1. Le bureau de Garouste pour Lionel Jospin 

«Ce bureau fait partie d’un ensemble créé pour le bureau du Premier ministre et présenté à l’Exposition universelle de Lisbonne en 1998. A l’époque le Premier ministre était Lionel Jospin. Mais il n’a pas souhaité le garder.» 

 

Malgré son aspect concave, le plateau est bien droit. «C’est un bureau en ébène, dans le pur style Garouste, qui utilise souvent des matériaux très précieux.»

2. L’ensemble de Ruyant pour Aquilino Morelle 

«Il s’agit d’une enfilade de quatre meubles fabriqués en 2003, tables d’appoint et de rangement. Jusque récemment, ils étaient dans le bureau d’Aquilino Morelle à l’Elysée. Après son départ, cette pièce de bureau a eu de nouvelles  fonctions et nous avons récupéré ces meubles en dépôt.» 

 

Très «pratiques et élégants», ces meubles devraient sans peine trouver preneurs dès la fin de l’exposition, espère Myriam Zuber-Cupissol.

3. Le bureau de Chaix et Morel pour Renaud Donnedieu de Vabres puis Nicolas Sarkozy

«Ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres avait demandé ce bureau, puis avait passé commande d’un bureau en béton et acier dessiné par Salomé de Fontainieu.

 

Un deuxième exemplaire du bureau de Chaix et Morel a été fabriqué et sert actuellement à Nicolas Sarkozy dans le bureau que l’Etat met à sa disposition en tant qu’ancien président de la République.» Très élancé, ce bureau «léger mais pas fragile» est un concentré de technologie. «Les concepteurs ont utilisé la méthode de construction des ailes de planeurs, avec un piétement en demi-ellipse. Il y a eu un travail de recherche incroyable de la part des prototypistes de l’ARC.»

4. La table basse de Pierre Paulin pour Georges Pompidou

«Cette table basse, placée dans le fumoir, fait partie de l’ensemble que Georges Pompidou avait commandé à Pierre Paulin pour les appartements du rez-de-chaussée du Palais de l’Elysée.» Cet épisode reste l’heure de gloire de l’ARC. Le président de la République, par goût moderniste et volonté de mettre en valeur le savoir-faire français, avait bouleversé le design des salons de l’Elysée.

 

«C’est une époque bénie. Mais aujourd’hui, il y a une nouvelle embellie, note Myriam Zuber-Cupissol. Il y a une volonté politique et une dynamique en faveur du design français, pour montrer qu’il s’agit d’une formidable ressource nationale. D’ailleurs, en ce moment, le mobilier contemporain est extrêmement demandé par les ministres.»