Lego couronne Napoléon, ou l'inverse

EXPOSITION L'atelier Grognard à Rueil-Malmaison accueille une exposition unique au monde d’œuvres réalisées à partir de briques Lego…

Benjamin Chapon

— 

Vue de l'exposition Histoire en briques à Rueil-Malmaison en partenariat avec Lego
Vue de l'exposition Histoire en briques à Rueil-Malmaison en partenariat avec Lego — ©Ville de Rueil-Malmaison-Christophe Soresto

Revivifiée par ses fructueux investissements dans le cinéma, Lego est devenu la première marque mondiale de jouets, avec une communauté de joueurs estimée à 1,5 milliard de membres et 1000 boîtes vendues à la seconde.

Des chiffres de domination planétaire qui auraient bien plu au mégalomane Napoléon. La ville de Rueil-Malmaison a monté Histoire en Briques, en partenariat avec Lego, pour fêter le jubilé de Napoléon et Joséphine. L’exposition met en scène des œuvres réalisées à partir de briques Lego. Outre le château de Rueil-Malmaison, on trouve le dôme des Invalides, le carrousel du Louvre, un bureau de style Empire, son fameux bicorne ou encore le tableau portrait de David… Un million de briques de plus de 30 couleurs différentes ont été nécessaires.

Eric Jousse, dont la société Epicure Studio a été mandatée par la ville de Rueil-Malmaison, a eu l’idée de cette exposition. «Nous voulions un événement populaire, très tourné sur les enfants, et qui mette en valeur le patrimoine de la ville.»

Des briques mais pas de boîtes

Pour monter les œuvres, il a fallu 10.000 heures de travail. «Assembler des briques Lego, c’est un métier qui n’existe pas, explique Eric Jousse. On a fait appel à des associations de modélisateurs, fans de Lego. On a utilisé un logiciel spécial qui permet de créer des plans de constructions puis ils les ont construits.» Peu à peu, le projet est devenu de plus en plus ambitieux. «Le soutien de Lego a été déterminant. Ils nous ont offert les briques à moindre coût.»

Comme toute icône de la pop culture, Lego est régulièrement détourné par des artistes. La plupart du temps, la marque laisse faire ces initiatives en silence, et parfois, elle soutient. «Lego est très sollicité, avec des demandes très variées, explique Emilie Carle, responsable communication chez Lego France. Forcément, nous opérons un filtre. Avec Histoire en briques, on se rejoint sur les valeurs de créativité et de fun. Le concept est ambitieux et très complet. Ce qui nous a également séduits est l’implication de la communauté des fans. Il devenait alors légitime que la marque soutienne le projet.» Pour autant, Lego n’a pas édité de boîtes de jeux spéciales autour de Napoléon. Le défi était de créer des choses uniques à partir de briques existantes.»

Napoléon le honnis

«Les valeurs d’Histoire et de patrimoine sont importantes pour la marque, explique Emilie Carle. Par exemple, on avait travaillé avec le Centre des Monuments Nationaux pour la construction de châteaux. Mais on ne développe pas spécialement de produits dérivés suite à ces partenariats.»

Lego a pourtant déjà, par le passé, créer des boîtes permettant de créer des lieux de patrimoine, comme la Fontaine de Trevi, dans sa gamme adulte Lego Architecture. Mais «Napoléon n’est pas très populaire au Danemark, pays d’origine de Lego», croit savoir Eric Jousse. Les amateurs peuvent se rabattre sur les Lego mousquetaires.