Manitas de Plata, «un homme de scène exceptionnel»

REACTIONS Le guitariste gitan est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l’âge de 93 ans. Plusieurs personnalités lui rendent hommage…

A.G. avec AFP

— 

Manitas de Plata en octobre 2003 au Bataclan à Paris.
Manitas de Plata en octobre 2003 au Bataclan à Paris. — SEBASTIEN BERDA / AFP

La légende Manitas de Plata est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à Montpellier. Le guitariste aux «doigts de fée», considéré un temps comme l'artiste européen le plus connu au monde, laisse une oeuvre immense avec plus 80 disques enregistrés et 93 millions d'albums vendus à travers le monde. Les réactions à sa disparition se multiplient ce jeudi.

«Il avait beaucoup de caractère»

«C'était un homme de scène exceptionnel. Il avait l'instinct. Pour sa communauté, c'était le numéro 1. Il avait beaucoup de caractère. Il pouvait être difficile. Il avait le goût de la liberté. C'était un homme très intéressant», a déclaré le photographe Lucien Clergue, 80 ans, qui le découvrit en 1955 lors d'un concert aux Saintes-Marie-de-la-Mer, le grand rassemblement gitan de Camargue.

Jointe à Arles par téléphone, Anne, la fille du photographe, a raconté: «Mon père l'a découvert et l'a lancé. Ils ont enregistré un disque, il s'est occupé de lui. Ils étaient ensemble lorsque Manitas a joué au Carnegie Hall de New York (en 1965). Ils sont aussi allés à l'ONU. C'était la première fois qu'un gitan entrait à l'ONU. Mon père lui a fait connaître Picasso, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Charlie Chaplin...»

«Il a fait beaucoup pour le rayonnement de la culture gitane» 

Le cinéaste Tony Gatlif a déclaré de son côté: «C'est une figure connue à Arles, à Nîmes, à Montpellier, aux Saintes-Maries-de-la-Mer et pourtant il était surpris qu'on le remarque dans la rue». «Il a fait beaucoup pour le rayonnement de la culture gitane dans le monde, au même titre que Camaron de la Isla et Django Reinhardt».

«Son ami, le photographe Lucien Clergue, raconte que lors d'un concert au Carnegie Hall de New York il était descendu de scène pour aller jouer près d'une personne handicapée assise dans un fauteuil roulant au fond la salle. C'est très gitan comme geste».

«Peu de gens capables de jouer comme lui» 

Kendji Girac, chanteur gitan de 18 ans, dernier vainqueur du télécrochet The Voice, a également réagi à la disparition de Manitas de Plata: «Il était redoutable, peu de gens étaient capables de jouer comme lui, c'était le son de la Camargue. Sa musique, je l'ai toujours écoutée, depuis tout petit, j'ai appris sur ces musiques-là, pour moi c'était le roi de la guitare chez les gitans. Quand il prenait la guitare, ses doigts, on ne les voyait pas!».

Le jeune homme lui a rendu hommage sur Twitter:

La ministre de la Justice Christiane Taubira a également publié un message sur le réseau social après avoir appris sa disparition: