Le musée d’Orsay restaure un tableau devant les visiteurs

ARTS «L’atelier du peintre», très grand format de Courbet, sera restauré dans une salle du musée d’Orsay grâce à un dispositif de financement participatif…

Benjamin Chapon

— 

La salle de verre dans laquelle sera restauré L'atelier du peintre de Gustave Courbet a été réalisé grâce au mécénat de Saint Gobain
La salle de verre dans laquelle sera restauré L'atelier du peintre de Gustave Courbet a été réalisé grâce au mécénat de Saint Gobain — Musée d'Orsay / Sophie Boegly

Une salle de verre a été montée dans la salle des grands formats du musée d’Orsay. Derrière ses panneaux de verre, des restaurateurs vont donner une nouvelle jeunesse à la gigantesque œuvre de Gustave Courbet L’atelier du peintre. Ce dispositif permettant au public de suivre au jour le jour une restauration pour la première fois au monde est né d’une double contrainte.

«La taille de l’œuvre rend son déplacement extrêmement difficile. Rien que pour la coucher pour lui retirer son cadre et la redresser, ça a été un travail de titan», explique Olivier Simmat, directeur Mécénat du Musée d'Orsay. Par ailleurs, le musée a expérimenté un appel aux dons pour la restauration de l’œuvre via la plateforme Ulule, spécialiste du financement participatif.

Un «vrai retour émotionnel»

«On y réfléchissait depuis longtemps mais on attendait le projet adéquat qui puisse mobiliser une large communauté, un projet un peu sexy, raconte Olivier Simmat. Avec cette restauration, on implique le public et cela nous permet de proposer des contreparties à forte valeur ajoutée, avec un vrai retour émotionnel pour les donateurs. Ils pourront rencontrer les restaurateurs, rentrer dans la salle vitrée… On transforme une contrainte en moyen de médiation.»

Les visiteurs lambda pourront également s’entretenir avec les conservateurs et les restaurateurs. «C’est compliqué parce que ce n’est pas forcément leur métier d’expliquer ça au public. Mais la médiation est un élément essentiel du projet parce qu’une restauration n’est pas quelque chose de très spectaculaire. Entre chaque application de solvant, il faut attendre une semaine de séchage. La plupart du temps, il n’y aura personne dans la salle.»

Un quart du budget total

Pour lever des fonds et intéresser un public nouveau pour lui, le musée d’Orsay a fait confiance à Ulule, site qui a fait ses preuves dans le financement participatif. «Pour nous, c’est un très gros projet dans tous les sens du terme, reconnaît Arnaud Burgot, directeur général d'Ulule. On aurait pu avoir des appréhensions à l’idée de travailler avec une grosse institution comme Orsay mais on a trouvé des gens très investis qui espèrent se constituer une nouvelle communauté et la fidéliser grâce à cette opération.»

Pour l’instant, la levée de fonds est un succès et pourrait atteindre 150.000 euros, un quart du budget total de la restauration. «Ce n’est pas rien, assure Olivier Simmat. D’habitude, dans ce genre de projets, la part du financement participatif, c’est la queue de la comète. A Orsay, nous avons souhaité que sa part soit importante. Les gens qui donnent s’impliquent vraiment. C’est autre chose qu’un like sur notre page Facebook.»