Taylor Swift divorce de Spotify, la plateforme la supplie de revenir

REBELLION Reine des ventes avec son album «1989», la chanteuse américaine s’oppose à la rémunération des artistes sur la plateforme de streaming. Spotify lui répond avec un poème/playlist pour la récupérer…

A.L.

— 

Taylor Swift le 25 octobre 2014 à Beverly Hills
Taylor Swift le 25 octobre 2014 à Beverly Hills — BT1/WENN.COM/SIPA

Avec 1989, son cinquième album sorti lundi dernier, qui marque son virage de la country à la pop, Taylor Swift pourrait bien faire tomber le record de Britney Spears, qui est depuis 2000 l'artiste féminine à avoir vendu le plus d’albums en une semaine, avec 1,3 million de copies d'Oops… I did it again écoulées en sept jours. 

Un tel succès, rarissime dans un marché du disque en crise, lui permet de s'offrir un luxe: dire non au streaming. La chanteuse, qui n'avait pas mis 1989 sur la plateforme, vient de retirer ce lundi toute sa musique de Spotify. Spotify s'en désole dans un post de blog et se fend d'un poème / playlist pour tenter de la récupérer: 

«Hey Taylor we wanted to play your amazing love songs, and they’re not here right now. We want you back with us, and so do your fans». 

Une tribune contre le streaming en 2013 

Ce n’est pas la première fois que Taylor Swift s'oppose au streaming. Elle avait attendu plusieurs semaines pour mettre en ligne Red en 2012 et a signé l'an dernier une tribune dans le Wall Street Journal pour expliquer combien les plateformes lui semblent néfastes pour le marché du disque.

Un débat qui divise l'industrie musicale depuis des années et qui compte notamment dans le camp des antis Thom Yorke de Radiohead

>> A qui profite le streaming?