Conchita Wurst: «Calmez-vous, je ne suis pas Madonna!»

DRAG STAR Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision, va se produire du 9 au 15 novembre au Crazy Horse à Paris. Interview…

Alice Coffin
— 
Le visuel du spectacle de Conchita Wurst est signé Pierre et Gilles
Le visuel du spectacle de Conchita Wurst est signé Pierre et Gilles — Piere et Gilles

Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision, se produit à paris sur la scène du Crazy Horse du 9 au 15 novembre. La chorégraphie est signée Bianca Li, les costumes Jean-Paul Gaultier, les souliers Christian Louboutin et le visuel du spectacle Pierre et Gilles.

Le Crazy Horse ça vous évoque quoi?

Quand vous venez à Paris en touriste, vous pensez à la Tour Eiffel, à Montmartre, et…au Crazy Horse. J'en avais particulièrement entendu parler pendant les spectacles de Dita Von Teese. Lorsqu’ils me l’ont demandée j’ai été surprise et ravie. Je vais y chanter Heroes mon premier single après l’Eurovision. C’est énorme pour moi.

Vous pensez que le public sera celui du Crazy Horse ou qu’il y a un public qui viendra pour vous?

En tout cas mon but est de divertir le public. C’est de l’entertainment. Il y a bien sûr des endroits où je suis plus sérieuse, où j’ai la chance de pouvoir exprimer mes opinions politiques sur tout ce qui se passe dans la société. Mais au Crazy Horse je veux qu’on me voit d’abord comme une chanteuse.

Oui, enfin, Jean-Paul Gaultier, Pierre et Gilles, Bianca Li sont des gens qui ont quand même des positions plutôt proches des vôtres, non?

Ce n’est pas le sujet, même si bien sûr il y a des gens avec qui je sais dès le départ que je ne travaillerai pas. Et que, oui, j’apprécie ceux qui ne se préoccupent pas que des paillettes, de l’argent et du glamour et que nous nous occupions aussi de choses aussi naturelles que les droits humains!

Vous dites «nous » comme après l’Eurovision vous avez dit «We are unstoppable ». C’est qui «nous»?

C’est marrant, beaucoup de gens ne comprennent pas cela. Mais cette chanson était pour tous ceux qui croient en un avenir de futur et de liberté. Alors dans ce «nous», il y a certes le fait que je suis membre de la communauté gay et que c’est ma famille que je soutiendrai toujours. Mais en fait je parle à toutes celles et ceux qui pensent paix et liberté!

La communauté des drag-queens est contente de votre réussite?

Pas tout le monde hein ! Mais oui beaucoup de mes sœurs sont très fières, surtout les plus âgées, elles sont contentes qu’il y ait quelqu’un qui continue à garder cette forme d’art vivante.  Il y a eu toute une nouvelle scène, beaucoup de gays ont commencé à être drag, et c’est super, car cela permet d’apprendre tant de choses. C’set un grand honneur pour moi de pouvoir connaitre certaines des stars drag-queens désormais.RuPaul m'a invitée à son show!

Vous-mêmes vous voudriez être un modèle?

Je reçois plein de messages qui me disent que mon parcours donne le courage de changer de vie. Soit d’ailleurs au sujet du drag que du coming out.

Ce n'est pas la même chose?

Quand vous dites que vous êtes gay vous ne mettez pas automatiquement une perruque et une barbe. Donc, non, ce n’est pas la même chose. Après je suis sûre qu’il y a des straight qui  sont drag-queen, mais je n'en connais pas.

En parlant de coming out, de drag, de gay, de straight, que pensez-vous du fait que beaucoup de gens ne savent pas comment vous nommer?

C’est pourtant simple. Même si c’est intéressant que les gens prennent le temps d’y réfléchir. Quand je suis en Conchita, je suis «elle», une personne drag, une artiste drag, et c’est tout. Et quand c’est Tom, c’est «il ». Nous, artistes drag, sommes très sensibles à ne pas être appelés par notre nom d’origine car nous faisons tant d’efforts de maquillage pour être ce personnage que c’est vraiment ennuyeux si les gens ne suivent pas. Mais je sais bien qu'ils ont surtout peur de faire une erreur, qu’ils ne savent pas trop quoi faire, alors je n’en fais pas toute une histoire, je leur dis juste: regardez-moi, vous voyez bien, pensez que je suis une vraie lady!

Vous n’aviez pas peur de venir à Paris avec toutes ces manifestations homophobes, la récente affaire du plug anal….

Je n’ai peur de rien en fait! Je me sens juste tout à fait désolée pour ces gens qui prennent tant de temps pour penser à ce qu’ils n’aiment pas. Je n’aime pas la nourriture asiatique, je n’en mange pas. Bon, en même temps, j’apprécie aussi qu’ils prennent tout ce temps pour penser à moi!

Et votre pays à vous, l’Autriche, vous avez l’impression d’en changer l’image?

C’est sûr que lorsqu’on pense à l’Autriche, on pense à des choses affreuses, entre autres à la seconde guerre mondiale. Moi je sais bien qu’il y a d’autres choses dans ce pays. Et tant mieux si je contribue à envoyer un message positif car j’aime mon pays. Mais bon, je ne suis pas ambassadrice non plus!

Vous êtes quand même très connue maintenant. Cela vous fait quoi la notoriété?

Non mais pas tant que ça. Je dis souvent aux gens «calmez-vous, je ne suis pas Madonna!». Je n’ai ni Grammy, ni Oscar, je ne suis pas une star internationale.

Neuf représentation du 9 au 15 novembre

Deux représentations chaque soir du dimanche au vendredi à 20h15 et 22h45. Trois représentations le samedi à 19h, 21H30 et 23h45. A partir de 85 euros par personne, le spectacle et ½ bouteille de champagne. 01 47 23 32 32. reservation@lecrazyhorseparis.com