Musée Picasso: «L'un des plus beaux musées du monde» ouvre à nouveau ses portes

EXPOSITION Le musée Picasso rouvre ses portes avec une nouvelle présentation de sa collection...

20 Minutes avec AFP

— 

Un visiteur au Musée Picasso de Paris, le 18 octobre 2014.
Un visiteur au Musée Picasso de Paris, le 18 octobre 2014. — Francois Mori/AP/SIPA

La beauté ne se dicute pas. François Hollande a qualifié le musée Picasso à Paris d'«un des plus beaux» et «des plus émouvants» du monde en inaugurant l'établissement ouvert ce samedi au public après cinq ans de travaux de rénovation. La Célestine et Dora Maar s'offre à nouveau au regard des visiteurs. Le musée Picasso rouvre ses portes avec une nouvelle présentation de sa collection, la plus complète au monde du peintre espagnol.

François Hollande à l'inauguration du Musée Picasso, le 25 octobre 2014. - JACQUES BRINON / POOL / AFP

 

L'Hôtel Salé, dans le quartier du Marais, «est un endroit magique, un des plus beaux hôtels particuliers de France, les volumes sont extraordinaires et vraiment adaptés à l'oeuvre de Picasso», a souligné Laurent Le Bon, nouveau directeur du musée. L'heure est à la célébration d'un génie et à la redécouverte d'une collection remarquable (4.755 oeuvres), point d'orgue d'une semaine artistique exceptionnelle avec la FIAC et l'inauguration de la Fondation Louis Vuitton.

 

>> Voir le diaporama sur la Fiac par ici

Les espaces destinés au public ont plus que doublé

Achevé en 1659 et ainsi baptisé parce que son constructeur, Pierre Aubert, était percepteur de la gabelle, l'impôt sur le sel, l'Hôtel Salé a fait l'objet d'une considérable rénovation conduite par l'architecte Jean-François Bodin et Anne Baldassari: climatisation enterrée dans le jardin, bureaux dans un immeuble mitoyen, combles et caves transformés en lieux d'exposition, hall d'accueil créé dans les anciennes écuries.

Le musée Picasso de Paris, le 18 octobre 2014. - ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

 

Au final, les espaces destinés au public ont plus que doublé et la circulation a été optimisée.  Le coût de l'opération s'élève à 43 millons d'euros, financés à 65% par le musée lui-même grâce aux 21 expositions de chefs d'oeuvre organisées dans le monde, fait valoir Anne Baldassari. Quant aux retards sur le calendrier et au climat social tendu qui lui ont coûté sa place, elle les conteste, avant de lancer: « C'est du passé, il faut tourner la page ».

Visite du Musée Picasso à Paris, le 18 octobre 2014. - ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Picasso dans tous ses états

Sur proposition de la ministre de la Culture de l'époque, Aurélie Filippetti, l'ancienne directrice a finalement accepté de procéder à l'accrochage inaugural, à la fois chronologique et thématique, qui vise à «restituer Picasso dans tous ses états». Elle a conçu trois circuits de visite, dont un parcours magistral sur trois niveaux retraçant l'ensemble de l'oeuvre jusqu'en 1972. Les combles sont dédiés à une «confrontation entre Picasso et ses artistes de prédilection», modernes ou contemporains, tels Cézanne, Degas, Matisse, Braque ou Le Douanier Rousseau... Dans les caves, sont évoqués les différents ateliers du maître, et à travers eux son processus de création.

La collection, qui compte 297 peintures et 368 sculptures, provient de deux dations, celle des descendants de Picasso en 1979, et celle des héritiers de Jacqueline Picasso en 1990.