Déjà plus de 230.000 vues pour une vidéo érotique du musée d’Orsay

CULTURE Pour promouvoir son exposition sur Sade, le musée d’Orsay a filmé des corps plutôt que des toiles. Sur YouTube, le film a été interdit aux mineurs et dépasse déjà les 230.000 vues…

A.L.

— 

Le film de promotion de l'exposition sur Sade au Musée d'Orsay
Le film de promotion de l'exposition sur Sade au Musée d'Orsay — Musée d'Orsay

Plus de 230.000 vues pour une vidéo de promo d’une expo: une performance inhabituelle, mais prévisible. Pour son exposition Sade. Attaquer le soleil lancée le 14 octobre, le musée d’Orsay a opté pour un court film, commandé à deux artistes (David Freymond et Florent Michel), où l’on voit des dizaines de corps nus s’enlacer, s’étreindre, se griffer. A sujet sulfureux, vidéo sulfureuse, a décidé le musée. 

Diffusée le 8 octobre, la vidéo a été interdite aux moins de 18 ans sur YouTube quatre jours après sa publication, à la suite de plaintes d’utilisateurs choqués, rapporte le Nouvel Obs. «Des images qui peuvent heurter la sensibilité du public, notamment des plus jeunes», prévient un message publié sous la vidéo. «Ici ce serait probablement censuré et ça crieriait», commente un journaliste canadien sur Twitter.

>> Sade au Musée d'Orsay : comment le divin marquis a hanté la peinture

Filmer des corps plutôt que les oeuvres

«Quand on va voir Sade, on ne s’attend pas à quelque chose de conventionnel», répond une responsable du musée interrogée par Le Nouvel Obs, qui se défend d’avoir orchestré le buzz et explique avoir après «beaucoup d’interrogations» pris le parti de filmer des corps plutôt que les œuvres de Goya ou Rodin.

Pour sa précédente exposition sur le nu, Masculin/Masculin, qui avait attiré plus de 400.000 visiteurs - une vidéo avait déjà été interdite aux moins de 18 ans et visionné plus de 300.000 fois sur le web, rappelle Le Nouvel Obs. 

Sade. Attaquer le soleil se tient au Musée d'Orsay jusqu'au 25 janvier 2015.