Un pavé dans les ventes de livres

EDITION Les trente écrivains les plus vendus en 2006, selon un classement établi par L'Express-RTL-Tite-Live, étaient invités à déjeuner la semaine dernière au Procope, mythique restaurant parisien. Les petits nouveaux, Nicolas Fargues, auteur de J'étais der...

©2006 20 minutes

— 

Les trente écrivains les plus vendus en 2006, selon un classement établi par L'Express-RTL-Tite-Live, étaient invités à déjeuner la semaine dernière au Procope, mythique restaurant parisien. Les petits nouveaux, Nicolas Fargues, auteur de J'étais derrière toi (POL), ou Claire Faÿ, pour Cahier de gribouillages pour les adultes qui s'ennuient au bureau (Panama), ont rejoint les habitués : Amélie Nothomb, Bernard Werber, Eric-Emmanuel Schmitt pour Albin Michel, Jean d'Ormesson ou Marc Levy pour Robert Laffont, et Jacques Attali et Erik Orsenna pour Fayard.Mais combien de livres au juste ces écrivains ont-ils vendus ? A ce sujet, une polémique déclenchée par des éditeurs, Bernard Fixot en tête pour XO Editions, secoue le milieu littéraire. Mises en cause : les différences entre les méthodologies Ipsos, Tite-Live et GfK qui définissent le classement. Les ventes des Bienveillantes, de Jonathan Littell, étaient ainsi évaluées en février à 395 000 exemplaires par Ipsos, 503 435 par GfK, et 549 200 par Tite-Live. Un écart allant jusqu'à 39 % qui laisse perplexe. « Il faut douze à dix-huit mois pour savoir à combien d'exemplaires un livre s'est vendu », précisait Christine Ferrand, rédactrice en chef de la revue professionnelle Livres Hebdo, dans son enquête sur les meilleures ventes 2006. Aujourd'hui, Jean-Christophe Grangé est en tête avec Le serment des limbes. De combien ? Difficile à dire. Seule certitude : il se vend mieux que Régis Jauffret (Microfictions), 46e, et a de bonnes chances d'être invité au Procope l'année prochaine.

Le modèle anglais pourrait servir d'exemple. Depuis onze ans, la Grande-Bretagne s'est équipée d'un système de suivi des ventes en temps réel, BookScan. Cet outil de gestion fait l'unanimité auprès des éditeurs, des libraires et de la presse.