Hokusai au Grand Palais: Images d’une exposition flottante

ART Les œuvres de l’exposition Hokusaï au Grand Palais devront être renouvelées régulièrement à cause de leur extrême fragilité...

Benjamin Chapon
— 
Vue de l'exposition Hokusai au Grand Palais à Paris jusqu'au 18 janvier 2015
Vue de l'exposition Hokusai au Grand Palais à Paris jusqu'au 18 janvier 2015 — GINIES/SIPA

Le Grand Palais présente une exposition-somme de l’œuvre de Katsushika Hokusai (1760-1849). Plus de 500 œuvres (dessins, estampes, peintures…) seront présentées. Très sage et sobre, l’exposition permet de découvrir ces œuvres virtuoses et… très fragiles.

L’exposition se déroule jusqu’au 18 janvier 2015 mais a été découpée en deux volets de sept semaines. Du 21 au 30 novembre, elle sera fermée pour laisser «reposer» certaines œuvres et en remplacer d’autres.

Quatre semaines de prêt

Par ailleurs, certaines œuvres particulièrement fragiles, comme les peintures sur soie, ou prêtées de façon très exceptionnelle ne seront exposées que quatre semaines, puis remplacées.

>> L'exposition Hokusai en images...

«Le défi logistique que cette exposition a représenté la rend exceptionnelle, explique Laure Dalon, conservatrice du patrimoine et commissaire de l’exposition. La majorité des œuvres viennent du Japon où les contraintes de prêt sont très drastiques. Là-bas, les expositions sont courtes, environ quatre semaines. Il était impensable pour de nombreux prêteurs de laisser partir leurs œuvres plus longtemps.»

Rotation invisible

«Pour certaines œuvres très connues comme les fameuses estampes du monde flottant, dont la Vague ou le Fuji rouge, nous avons des tirages de remplacement.» Les peintures sur soie et sur papier seront, elles, remplacées par des œuvres «comparables».

«Le visiteur lambda peut venir quand il veut, il verra une seule et même exposition, rassure Laure Dalon. Mais les amateurs les plus férus peuvent faire deux visites pour observer différents tirages.»

«C’est compliqué mais c’était la seule façon d’avoir ces chefs-d’œuvre. Il n’y aura peut-être plus jamais d’exposition Hokusai de ce niveau.»