Bertrand Bonello met en scène ses films et ses fantômes au Centre Pompidou

EXPOSITION A quelques jours de la sortie de son nouveau film, «Saint Laurent», le cinéaste investit le Forum du Centre Pompidou avec une mise en espace de ses films réalisés, mêlés à quelques uns de ses projets inachevés... 

Stéphane Leblanc
— 
Résonances, un événement proposé du 19 septembre au 26 octobre par Bertrand Bonello au Centre Pompidou
Résonances, un événement proposé du 19 septembre au 26 octobre par Bertrand Bonello au Centre Pompidou — S.LEBLANC/20MINUTES

«Lorsque la proposition d'occuper tout un espace du Centre Pompidou autour du lien cinéma et musique est arrivée, il me semblait naturel d'essayer de l'habiter comme un cinéaste et comme un musicien, plus que comme un plasticien», explique Bertrand Bonello. Faire vivre ses films d'une autre manière. Convoquer des voix de comédiens enregistrées par ailleurs. Et des souvenirs de films non réalisés. 

Au sous-sol du Centre Pompidou au milieu du Forum en accès libre, les visiteurs sont accueillis par la voiture accidentée qui devait figurer au début d'un des films que le réalisateur de Tiresia et de Saint Laurent a entamé sans jamais les finir. Ses «films fantômes» comme il les appelle: Madeleine d'entre les morts et La Mort de Laurie Malkovitch. Des photos au mur et des extraits sonores de scripts lus par des comédiens tentent de leur insuffler un semblant de vie.

Des voix sans images et des images sans voix

En plus d'une carte blanche avec ses films favoris (Vertigo, Le Roman d'un tricheur, Les Nuits de la pleine lune, Annie Hall) et une rétrospective des siens (de Quelque chose d'organique à L'Apollonide), le cinéaste propose, dans une autre salle, des «renversements»: sept de ses films sont diffusés simultanément, en boucle et en intégralité, avec une bande-son remixée qui oriente le regard d'un film à un autre. Ceci afin de mettre en valeur «des voix sans images et des images sans voix», et faire en sorte que chacun de ses films «réapparaît» différemment... 

Il y a de la délicatesse dans la démarche de Bertrand Bonello, qui mêle pudeur et intimité. Comme ce court-métrage produit exprès pour une collection de films que Sylvie Pras, la Responsable des Cinémas, souhaite initier pour le Centre Pompidou: Où en êtes-vous Bertrand Bonello est une lettre du cinéaste à sa fille qui n'a jamais pu voir aucun de ses films parce qu'ils ne sont pas de son âge. «Pourquoi ne fais-tu pas du cinéma comme Peter Jackson?», lui demande-t-elle. «Parce que je ne saurais pas», répond-il. Et elle: «Tu pourrais apprendre»... Résonances nous apprend beaucoup de la personnalité de Bertrand Bonello, sa sensibilité, ses doutes et son talent.

Ce vendredi, lors du vernissage à 19h (ouvert au public), Bertrand Bonello présentera ce court-métrage juste avant une performance avec Ingrid Caven, une chanteuse qu'il a eu l'occasion de filmer par le passé.