Microsoft tente de rassurer la communauté Minecraft après le rachat

JEU VIDEO L'entreprise jure que la franchise continuera d'être proposée sur toutes les plateformes...

Philippe Berry

— 

Le jeu vidéo "Minecraft"
Le jeu vidéo "Minecraft" — Mojang

Microsoft sort la lance à incendie. Lundi, le rachat du studio suédois Mojang et de son jeu phénomène «Minecraft» par le géant américain pour 2,5 milliards de dollars n'a pas vraiment bien été accueilli par la communauté. Le départ du créateur du titre, «Notch», pour qui la pression du succès était devenue trop grande, n'a pas aidé. Mais Microsoft le jure, il veut «faire grandir la franchise». Et continuer de miser sur l'ouverture.

«Minecraft apporte de la diversité à notre catalogue et nous aide à toucher des nouveaux joueurs sur de multiples plateformes. C'est pour cela que nous continuerons de proposer le jeu sur iOS, Android, Playstation, en plus de la Xbox et du PC», écrit le patron de la division Xbox, Phil Spencer.

Microsoft promet encore de «respecter la tradition indépendante» de la communauté et de simplement apporter des «outils plus puissants» afin qu'elle puisse continue de créer des mondes virtuels en briques. Enfin, la conférence Minecon, qui rassemble les développeurs, les «modeurs» et les fans, aura bien lieu l'an prochain.

«Pour ne pas devenir fou»

Du côté de Mojang, les trois fondateurs font leur valise, à leur demande. Le créateur, Markus «Notch» Persson, Carl Manneh et Jakob Porér ont décidé de ne pas continuer l'aventure. «Je n'ai jamais voulu changer le monde. Je ne prévoyais pas un tel succès. Je ne suis pas un PDG, ni un entrepreneur. Ce deal, ce n'est pas pour l'argent. C'est pour ne pas devenir fou», écrit notamment Notch, qui veut travailler sur «des petits projets». Selon lui, le futur de Minecraft se trouve «dans les mains de Microsoft» mais il «a toujours été dans celles» de la communauté.

Faut-il faire confiance à Microsoft pour tenir parole? Sans doute. Un nouveau chapitre s'est ouvert avec Satya Nadella. Pragmatique, le directeur général du groupe a fait le forcing pour sortir Office sur iPad. Et en donnant les pleins pouvoir à Phil Spencer, il a recentré la Xbox autour du jeu, s'éloignant de l'aventure télévisée. Pour Microsoft, prendre soin de la licence «Minecraft», que certains voient devenir le «LEGO» du 21e siècle, est juste une bonne décision de business.