Le livre de Valérie Trierweiler «va faire l’effet d’une bombe» pour «Paris Match»

PEOPLE Olivier Royant, directeur de la rédaction de «Paris Match», a commenté la sortie du livre de l’ex-compagne de François Hollande…

Benjamin Chapon

— 

Valérie Trierweiler le 7 mai 2013 dans les jardins de l'Elysée à Paris
Valérie Trierweiler le 7 mai 2013 dans les jardins de l'Elysée à Paris — THOMAS SAMSON / POOL / AFP

Il a été l’un des rares à pouvoir lire Merci pour ce moment. Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match a raconté sur Europe 1 la genèse du livre de Valérie Trierweiler et dévoilé un peu plus son contenu, ce mercredi.

«On a l’impression d’être dans un procès de divorce. On ignore si on est juge ou juré. On voit que c’est d’abord le récit d’une femme trompée qui en veut au mari qui l’a trompée, et elle revisite aussi une relation avec des heures heureuses. On rentre dans le mystère d’un couple.»

Un roman d’espionnage

Ex-chroniqueuse politique puis littéraire à Paris-Match, Valérie Trierweiler a privilégié son ancien employeur. «Valérie Trierweiler a demandé à son éditeur à ce que Match ait accès au livre, ce qui est un peu naturel dans la mesure où depuis des années, en tant que directeur, j’ai été dans une situation un peu complexe, raconte Olivier Royant. Valérie membre de la rédaction depuis vingt-cinq ans, on m’a demandé comment j’acceptais qu’elle soit journaliste et première dame.»

A en croire le directeur de la rédaction de Paris Match «l’élaboration du livre, c’est presque un roman d’espionnage. Ils ont pris des mesures particulières. Nous ne savions pas, il n’y a pas eu d'indiscrétion dans la presse, je pense que les enfants de Valérie ne savaient pas, comme son ex-mari et François Hollande qui a été mis au courant mardi».

Un livre unique au monde

A la lecture du livre, la direction de Paris Match a eu «un sentiment de sidération, c’est un livre intense de la première à la dernière page. On peut entrer dans le livre avec ce sentiment: le récit d’une femme humiliée, qui raconte son histoire. En France, on a une sacralisation de la vie politique, une langue de bois où ne parle pas de sa famille, de son intimité: ça n’existe pas. Je ne pense pas qu’il y ait le cas d’une première dame qui écrit sur un Président en fonction, c’est inédit.»

Habitué à publier les bonnes feuilles de livres politiques ou d’autobiographies attendues, Olivier Royant estime que ce livre va faire «l’effet d’une bombe: rien ne ressemble à un tel livre en France et dans le monde!»