Les geeks luttent contre le harcèlement

COMICS Le groupe Geeks for CONsent note que le harcèlement a encore trop largement cours notamment lors des conventions de fans…

Benjamin Chapon
Des participantes au Comic Con de San Diego le 25 juillet 2014
Des participantes au Comic Con de San Diego le 25 juillet 2014 — FRAZER HARRISON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ce n’est pas parce qu’elle est habillée en Wonder Woman, Xena la guerrière ou autre héroïne de manga, qu’une cosplayeuse a envie de se faire siffler. Le groupe Geeks for CONsent a contacté le Comic Con de San Diego, qui s’est tenu le week-end dernier, pour demander au plus gros rassemblement mondial de fans de comics et films de super-héros de mieux lutter contre le harcèlement.

Le groupe de lutte contre le harcèlement a reçu de nombreuses plaintes de participantes au Comic-Con, note le site Actualitté. Ces jeunes femmes, des cosplayeuses, se déguisent en personnages de manga ou de comics pour assister aux conventions telles que le Comic-Con, traditionnelle rencontre de fans des univers fantastiques.

Le harcèlement, c’est pas comic

Le Comic-Con de San Diego s’est défendu en expliquant via un communiqué qu’un «code de conduite» très strict en matière de harcèlement était distribué à tous les participants de la convention. Par ailleurs, les responsables du Comic-Con ont expliqué qu’il prenait «ce problème très au sérieux.»

Mais les Geeks for CONsent en veulent plus, notamment des personnels de sécurité mieux formés, et ont expliqué, par la voix de sa directrice Rochelle Keyhan, que le phénomène du harcèlement sexuel «se manifeste, hélas, de façon encore plus vulgaire dans le monde des comics.» Actualitté raconte qu’«au cours de la manifestation californienne, le groupe de militants contre le harcèlement a brandi des pancartes: «Le cosplay n’équivaut pas à un consentement.»