La bande dessinée s'anime sur le Net

BD De plus en plus d'auteurs lâchent leurs pinceaux et leur feuilles pour expérimenter un mode de dessin «dynamique» sur Internet...

Olivier Mimran
— 
Simon Kansara & Vincent Perriot

N'en déplaise aux amoureux de la bande dessinée au format «traditionnel» (44 pages, imprimé et broché), le 9e Art a fait de nos écrans numériques son nouveau laboratoire. Si les expériences s'y enchaînent avec plus ou moins de succès («Lastman», par exemple, cartonne sur le Web), elles ont le mérite d'explorer de nouveaux modes d'écriture... et de lecture. Vincent Perriot, qui vient de se lancer dans l'aventure numérique, a expliqué à 20Minutes ce que ces nouveaux usages ont de révolutionnaire.

Les souris sont nos amies

Co-écrit avec Simon Kansara (auteur de Media Entity, un autre titre exclusivement numérique), Opération Opéra est un récit de science-fiction qui met en scène deux enfants envoyés dans l'espace par une civilisation qui s'éteint. «On a cherché une idée de départ qui soit simple, fluide et donc susceptible de nous permettre de développer beaucoup de contenu», confie Vincent Perriot.

Son originalité est essentiellement formelle puisque cette BD d'un nouveau genre se lit «à la souris», en l'occurrence en opérant un scrolling (ou défilement) vertical. Son prologue comporte même «du Parallax, un effet que produisent des plans superposés qui se déroulent à des vitesses différentes, voire dans des directions opposées» (voir illustration ci-dessous).

«Le but, c'est de penser le dessin autrement, avec des perspectives qui se mélangent, se fondent entre elles, et d'impliquer une autre maîtrise du temps», explique le jeune auteur de Belleville story, Taïga rouge et Paci. Il existe une conséquence pour le lecteur, qui doit s'adapter à une nouvelle interface: «modifier le mode de réalisation implique qu'on modifie aussi le mode de lecture. Au début, c'est un peu déroutant à expérimenter. Mais on s'y fait très vite et les premiers retours sont enthousiastes», précise Vincent Perriot..

Une nouvelle pratique qui se répand

Le procédé n'est pas nouveau, des auteurs comme Boulet s'y étant déjà essayés (dans Le long voyage, notamment). Des publicitaires, aussi, comme dans cette publicité de Peugeot qui use et abuse d'effets en tous genres.

Mais ce genre de proposition ne peut que se développer. D'abord parce que l'écran, mobile ou non, est de plus en plus utilisé comme support universel. Ensuite parce que les auteurs eux-mêmes gagnent en souplesse et... en créativité! «Je travaille sur tablette graphique, et la BD numérique me libère des contraintes du médium en m'autorisant, par exemple, à agrandir mes décors -théoriquement, à l'infini- alors que j'étais, sur papier, obligé de les restreindre, de les contenir dans une case. Là il y a une possibilité de déformation des espaces qui nous offre une liberté inouie!»

Le prologue et le premier épisode d'Opération Opéra sont en consultation libre sur le Net. Pour en découvrir la fin, il faudra patienter car «ça ne sortira jamais en version imprimée, même si certains éditeurs ont manifesté leur intérêt», révèle le Prix Jeune talent 2005 du festival de la BD d'Angoulême. «On en fera un livre, mais numérique, qu'on pourra télécharger pour une somme modique sur mobiles, tablettes et ordinateurs d'ici une dizaine de mois».

www.operation-opera.net