Intermittents: François Hollande promet de «défendre toujours la culture»

CULTURE Le président a fait une apparition surprise et a pris la parole à l'Institut du Monde arabe à l'occasion de la Fête de la musique...  

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande à la Fête de la musique, le 21 juin 2014.
François Hollande à la Fête de la musique, le 21 juin 2014. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

François Hollande a fait une apparition surprise samedi soir à la Fête de la musique à l'Institut du Monde arabe à Paris, promettant qu'il défendrait «toujours et encore la culture», dans une allusion au conflit des intermittents.

«La France rayonne grâce à la culture»

«La culture, ça fait partie de la République et le rôle du chef de l'Etat, c'est de défendre toujours et encore la culture», a lancé le chef de l'Etat, prenant le micro sur la scène où se tenait un concert.

«Je le ferai, y compris dans ces moments où il y a un certain nombre de professions qui s'inquiètent pour leur avenir», a-t-il poursuivi, en référence au conflit des intermittents qui perturbe depuis plusieurs semaines la saison des festivals.

«Ma responsabilité, c'est de faire en sorte que la culture prenne toute sa place en France et que la France rayonne partout dans le monde grâce à la culture», a-t-il conclu.

L'Institut du Monde arabe (IMA) est présidé par l'ancien ministre socialiste de la Culture, Jack Lang, qui a fait part à plusieurs reprises de son soutien aux intermittents.

Appel à une «grève massive»

Le Premier ministre Manuel Valls a écarté jeudi la principale revendication des intermittents, en confirmant que le gouvernement allait agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage qu'ils contestent.

Mais il a fait un «geste d'apaisement» en annonçant que le différé dans le versement de leurs indemnisations chômage serait «neutralisé» par l'Etat.

Une nouvelle mission sera également chargée de remettre à plat le système de l'intermittence avec l'ensemble des acteurs concernés d'ici la fin de l'année.

Cette ouverture a été rejetée par la CGT-Spectacle qui a appelé vendredi à une «grève massive» pour l'ouverture du festival d'Avignon et reconduit son préavis pour l'ensemble du mois de juillet.