VIDEO. Sempé: «Je ne m'explique pas le succès du Petit Nicolas»

CULTURE Jean-Jacques Sempé a visité en avant-première, mercredi soir, l’exposition consacrée au Petit Nicolas à la Mairie du 4e arrondissement de Paris…

Stéphane Leblanc

— 

Sempé à l'exposition sur Les Vacances du petit Nicolas à Paris le 18 juin 2014
Sempé à l'exposition sur Les Vacances du petit Nicolas à Paris le 18 juin 2014 — S.LEBLANC / 20MINUTES

Il est comme ça, Sempé. Ce vieux monsieur de 81 ans se déplace lentement, fume cigarette électronique sur cigarette électronique, et parle de son travail de dessinateur du Petit Nicolas en faisant rouler ses yeux bleus comme des billes et en jetant des sourires bienveillants à ses interlocuteurs. L’exposition «Un livre, un film - Les Vacances du Petit Nicolas» s’est ouverte ce jeudi à la Mairie du 4e arrondissement de Paris.

Ça vous fait quel effet de voir le Petit Nicolas dans une exposition?

Ça m’amuse de revoir les dessins que j’ai faits il y a 50 ou 60 ans, c’est bizarre…

Si on vous avait dit, à l’époque, que 80 de vos dessins seraient ainsi exposés…

J’aurais fait plus attention, mais j’aurais eu tort.

Quel dessinateur étiez-vous?

Très soigneux, toujours à ma table à dessin. Je recommençais souvent, beaucoup…

Enfant, vous faisiez des bêtises comme celles du Petit Nicolas?

Oui, j’en ai fait des quantités. Ou alors c’est René [Goscinny] qui les a faites, car on était tous les deux très chahuteurs. On s’est inspirés de scènes qu’on avait plus ou moins vécues. Ou imaginées, ce qui est la même chose…

Comment vous partagiez-vous le travail?

Au départ, je lui ai dit «je veux que tu écrives des textes et qu’on mette des dessins dedans». Parce que je savais que c’était un grand écrivain.

Comment expliquez-vous le succès du personnage encore aujourd’hui?

Je ne l’explique pas, mais ça me touche un peu. Ca m’émeut un peu, ça me trouble beaucoup, ça m’étonne…

Et le fait que des enfants s’identifient au Petit Nicolas?

Ca me fait plaisir. Et puis ça m’étonne. Parce que le monde a tellement changé, les écoles, le vocabulaire, tout.

Les films adaptés des livres, vous les avez vus? Qu’en pensez-vous?

Oh là! Je ne me permettrais pas de parler d’une discipline qui n’est pas la mienne.

Vous y retrouvez quand même votre Petit Nicolas?

J’y retrouve des choses. Mais forcément ils ont du adapter, entre le dessin et la réalité, il y a des différences… Je me suis bien rendu compte de la difficulté que ça représentait pour les adaptateurs, alors vous pensez bien que je n’ai pas dit quoi que ce soit.

Mais vous avez aimé?

Ben oui.

Quand on a été, comme vous, ami avec Jacques Tati, on a forcément en tête Les Vacances de Monsieur HulotLes Vacances du Petit Nicolas, c’est le même genre de vacances?

Ah non! Ce n’est pas du tout pareil. Tati était un génie, peut-on se comparer à un génie? Il ne vaut mieux pas. Le Petit Nicolas, ce ne sont que des gosses et du sable, alors que Les vacances de Monsieur Hulot, c’est une merveille, il y a tout un univers.