Michel Polnareff revient au cinéma et critique «la France coincée du cul»

PEOPLE Le chanteur se raconte dans un documentaire ciné en salles jeudi...  

Alice Coffin avec AFP
— 
Michel Polnareff sur scène à Paris le 14 juillet 2007.
Michel Polnareff sur scène à Paris le 14 juillet 2007. — HALEY/SIPA

Cela va faire du bien de retrouver Michel Polnareff un peu apaisé et interviewé par sa compagne Danyellah, jeudi, dans le documentaire Polnareff: quand l'écran s'allume dirigé par l'artiste lui-même, avec la collaboration de son biographe Fabien Lecoeuvre. Ses fans ont encore en mémoire le terrible mois de février 2011. Celui qui vit en février 2011 l’Amiral annoncer sur sa page Facebook que le petit Volodia n’était pas son fils biologique. Leurs réactions restent encore parmi les plus terribles moments vécus sur le réseau social.

Fesses nues et plaisanterie

Heureusement la page est tournée pour Polna et Danyellah. Ils feront leur retour dans un documentaire musical inédit projeté jeudi dans plus de 120 salles de cinémas. Michel Polnareff y parle de lui, de son passé musical et fiscal. Il explique «avoir aidé à changer une certaine France puritaine, un peu "coincée du cul" » avec ses chansons. Vante le mélange des genres, masculin et féminin, et revient sur l’affiche de l'Olympia en 1972 sur laquelle il apparaissait fesses nues et qui lui a valu une condamnation pour attentat à la pudeur.

«Je savais que ça ne passerait pas inaperçu. C'était le but. Je voulais faire un coup de pub, sans aucune connotation sexuelle. J'ai fait tomber certaines barrières avec quelque chose de différent», explique-t-il dans ce documentaire. Ce n'était rien de moins qu'une plaisanterie qui a tourné au tragique et qui a précipité mon départ de France, car je ne pouvais pas non plus payer l'amende».