«Japan Expo» : La 15e édition s’étend dans le temps et dans l’espace

CULTURE Le festival dédié à la pop culture et à la culture traditionnelle japonaise va durer cinq jours…

Joel Metreau
— 
A la Japan Expo, à Villepinte, le 4 juillet 2013.
A la Japan Expo, à Villepinte, le 4 juillet 2013. — A. Gelebart/20 MINUTES

Ses organisateurs ne disent pas «quinzième édition» mais quinzième anniversaire pour qualifier la prochaine Japan Expo, qui se tiendra à Villepinte du mercredi 2 au dimanche 6 juillet prochain. A quinze ans, on est en pleine croissance. Japan Expo s’étend donc cette année sur cinq jours au lieu de quatre. «Pour la programmation, on était un peu à l’étroit et ce sera l’occasion d’avoir un jour un peu plus soft», explique le cofondateur Thomas Sirdey. Mais l’affluence du jour d’ouverture, traditionnellement le jeudi, pourrait bien se reporter sur la veille…

Comic Con’Paris absent

L’ado a également grandi et il a fallu pousser les murs. Ce seront désormais 125.000 mètres carré qui seront dédiés à l’événement. Pour cela, il a fallu chasser le Comic Con’qui partageait l’espace de de la Japan Expo. «Comic Con’Paris prenait de plus en plus d’ampleur, estime Thomas Sirdey. Il va prendre son indépendance car il était un peu phagocyté par la Japan Expo. On est en train de chercher une date et un lieu qui pourrait mieux l’accueillir.»

La superstar Yoshiki

Mais avec les invités cette année, les 260.000 visiteurs attendus cette année (contre 3.200 en 2000 et près de 233.000 l’an passé) ont largement de conserver leur enthousiasme. Parmi les invités spéciaux: Le musicien star Yoshiki, actuellement en tournée internationale. Après un passage au Trianon à Paris le 26 mai et avant un concert au Madison Square Garden, à New York, l’artiste flamboyant fera une escale à la Japan Expo.

De Ghibli à Capcom en passant par le catch

Invités d’honneur cette année, dans la catégorie manga: Izumi Matsumoto, qui a créé Kimagure Orange Road en 1984, adapté en dessin animé et diffusé en France sous le titre «Max et Compagnie».



Dans la catégorie «animé», le salon accueille l’animateur Kitarô Kosaka, qui a longtemps travaillé dans le studio Ghibli, par exemple sur Nausicaä de la vallée du vent, Princesse Mononoké et plus récemment sur Le Vent se lève, le dernier long-métrage de Hayao Miyazaki. Le jeu vidéo, autre étendard de la pop culture japonaise, n’est pas en reste. Daigo Ikeno viendra donner une conférence sur sa carrière. Une carrière longue au sein du studio Capcom, où il a notamment été directeur artistique du jeu de combat «Street Fighter IV». De combat, il sera également question sur un ring et pas sur un écran, puisque le catcheur Último Dragón (Yoshihiro Asai dans le civil) viendra faire une démonstration de ses coups… de maître.