Rap: L’Entourage vise dans le mille

MUSIQUE Le collectif de rappeurs sort enfin son premier album studio «Jeunes entrepreneurs»...

Benjamin Chapon

— 

Le collectif L'Entourage
Le collectif L'Entourage — L'Entourage

A leur âge, trois ans, c’est long. Depuis 2011, le premier album de L’Entourage était attendu par les fans de ce collectif de jeunes rappeurs parisiens qui se sont fait remarquer dans les scènes et lieux freestyle.

Parvenant à mettre entre parenthèses leurs différents projets, les dix rappeurs ont enfin réussi à accorder leurs emplois du temps. En tête des ventes numériques plusieurs semaines avant sa sortie grâce au système de pré-commandes, Jeunes entrepreneurs valait le coup d’attendre. «C’était bizarre de voir sortir les albums de 1.9.9.5 ou S-Crew avant celui de L’Entourage qui est le point de départ, mais c’est comme ça que ça s’est passé…»

Comment ça marche

Ces Parisiens 100% intramuros se sont exilés dans une maison en Ardèche pour finir de composer et d'enregistrer l’album en dix jours. «Y avait même pas la 3G, on pouvait que bosser, c’était génial.»

Même s’ils expliquent que toutes les décisions se prennent par votes à la majorité, le fonctionnement du groupe reste un mystère. «On n’avait plus été tous réunis dans une même pièce depuis l’enregistrement de l’album. Mais on est tout le temps connectés les uns aux autres, on se voit tout le temps parce qu’on est potes. Le côté artistique, il avance sans qu’on ait besoin de trop se prendre la tête. On ne sait pas trop comment ça marche, mais ça marche.»

Foutre le zouk à l’Olympia

Très attachés au format de l’album, très fiers et excités à l’idée de faire leur premier Olympia, le 14 juin, flattés d’être interviewés par des médias généralistes, les rappeurs de L’Entourage n’essayent pas de jouer aux artistes maudits. «Le succès, ça nous plaît. Le délire underground ne nous fait pas rêver.»

De même, ils préfèrent ignorer les jaloux qui leur reprochent un rap trop éclectique. «Les gamins qui nous écoutent peuvent aussi bien aimer Britney Spears ou Katy Perry, ou kiffer le zouk ou le reggae, ou le vieux rock. Ils s’en foutent du genre, ils font leur mélange.»

Voyages dans le temps

Quand un internaute de 20 Minutes leur demande «avec qui rêveriez-vous de faire des featurings?» Ils ne citent que des artistes morts: Michael Jackson, Bob Marley, 2Pac… «Oui, on a des références vintage, on a une culture hip hop dans laquelle on veut se placer. Mais ça ne fait pas tout.»

«On est à l’aise dans notre époque. Ça veut dire qu’on a des références tirées des années 1990 ou 1980, et pas seulement musicales d’ailleurs, tout en étant influencés aussi par ce qui se passe autour de nous, aujourd’hui. Pourquoi faudrait-il choisir? Nous, on prend tout.»

Dix à la maison

Le même principe a été appliqué aux choix des morceaux. «On a chacun nos titres préférés et d’autres qu’on aime moins. Si l’un d’entre nous n’est pas à l’aise avec un thème, ou trouve l’instru pas terrible, il ne pose pas de couplet dessus, pas de problème. Le tout, c’est qu’il y ait toujours une majorité en faveur du morceau, mais pas l’unanimité.»

Sans doute la foule d’autres projets en groupe ou en solo que chacun des membres de L’Entourage mène par ailleurs aide-t-elle les rappeurs du collectif à aborder de façon détendue la création à dix. «A un moment, on était trop nombreux et il y avait des différences irréconciliables. Mais maintenant, on est un groupe stable et serein.»