Sylvie Ramond: «Faire appel à un collège d'entreprises régionales»

©2006 20 minutes

— 

Sylvie Ramond

Directrice du musée des Beaux-Arts de Lyon.

Pourquoi La Fuite en Egypte est-elle si importante pour le musée ?

La toile compléterait notre collection d'oeuvres de peintres français du xviie siècle, dont Nicolas Poussin est l'un des grands absents. Surtout, La Fuite a été commandée par un soyeux lyonnais, Jacques Serisier, contemporain de l'artiste.

Comment s'est déroulée la recherche de mécènes ?

Généralement, une telle acquisition est supportée par une seule grande entreprise. Mais vu la somme exceptionnelle demandée, il était plus facile de la répartir sur un collège d'entreprises régionales.

Pourquoi ne pas avoir sollicité le public ?

On n'écarte pas l'idée. Mais cette opération, effectuée par le Louvre pour l'achat d'un de La Tour, par exemple, suppose des moyens logistiques que nous n'avons pas.